Retour en Africa Check

Infodémie de Covid-19 - 5 stratégies pour les fact-checkers africains

En 2020, les fact-checkers du monde entier se sont retrouvés en première ligne pour lutter contre l'infodémie sur la Covid-19, que l'Organisation mondiale de la Santé définit comme une « surabondance d'informations, en ligne et hors ligne ».

Le flot d'informations fausses et trompeuses se poursuit, menaçant d'aggraver l'impact de la pandémie, de saper les efforts déployés pour lutter contre la maladie et de réduire la confiance du public dans le système de santé mondial.

À mesure que le problème se développait, nous avons réalisé à quel point nous savions peu de choses sur la propagation de l'infodémie de la Covid-19 dans le contexte africain, en particulier sur les plateformes de messagerie cryptée comme WhatsApp.

Pour relever le défi, Africa Check s'est associée à l’Africa Centre for Evidence de l'Université de Johannesburg autour d’un projet de recherche visant à explorer la propagation de la désinformation sur la Covid-19 en Afrique du Sud, au Sénégal, au Nigeria et au Kenya, en se concentrant plus particulièrement sur WhatsApp. Financé par la Konrad Adenauer Stiftung, le projet de recherche visait à répondre à trois questions :


  1. Quelle est la nature de la désinformation sur la Covid-19 partagée via WhatsApp en Afrique et quel niveau de risque cette désinformation présente-t-elle ?

  2. Comment les utilisateurs de WhatsApp réagissent-ils à la désinformation en matière de santé, et réagissent-ils de manière à réduire le risque qu'elle présente ?

  3. Que savons-nous sur les moyens d'atténuer la désinformation sur les réseaux/médias sociaux ?

  4.  

Ce travail est mieux décrit comme une « recherche rapide ». Nous avons recueilli et analysé une grande quantité de données. En moins de quatre mois, nous avons effectué trois évaluations rapides des preuves, une enquête auprès des utilisateurs des réseaux/médias sociaux, une série d'entretiens avec des vérificateurs de faits et une analyse des demandes de vérification adressées à Africa Check. Le rapport de recherche complet peut être lu ici.

L'étude a fait la synthèse des quelques données disponibles sur la manière dont les utilisateurs réagissent à la désinformation en matière de santé en Afrique et sur ce que nous pourrions faire pour l'atténuer.

Avec ce travail comme base, elle ouvre la porte à des analyses continues et plus approfondies à l'avenir, ainsi qu'à des réponses rapides et continues aux nouveaux défis.

Nous avons appliqué ce que nous avons tiré des données et proposons ici cinq stratégies à prendre en compte par les vérificateurs de faits pendant cette infodémie et celles qui viendront.

Ces stratégies sont résumées ici.

1. Comprendre les différents risques que présentent les fausses informations

Une classification claire des risques que présente l'infodémie pourrait aider les vérificateurs à déterminer en quoi ils se démarquent, et les guider à être plus résolus dans leurs décisions rédactionnelles et leurs discussions avec les donateurs.

La recherche a identifié cinq risques majeurs liés à la désinformation en matière de santé. Les quatre premiers sont les dommages à la santé physique, les dommages économiques, les dommages sociaux et les dommages politiques. Le cinquième risque, qui touche au bien-être psychologique, recoupe les quatre autres.

Bien que la Covid-19 ait été largement traitée comme une crise sanitaire, les faits suggèrent qu'une crise de santé mentale suit de près, et la désinformation y joue un rôle actif.

2. Guider le public pour qu'il soit utile en temps de crise en lui fournissant des informations précises

L'utilité est un thème qui traverse toute la recherche. La désinformation sur la santé sur WhatsApp prend souvent un ton personnel et utile qui la fait paraître sincère et sérieuse. Les personnes interrogées dans le cadre de notre enquête ont déclaré qu'elles partageaient des informations sur la Covid-19 parce qu'elles voulaient sensibiliser à la pandémie et fournir des informations utiles aux personnes qui leur sont chères. La littérature a également confirmé que les utilisateurs partageaient les informations s'ils pensaient qu'elles étaient utiles aux autres, par sens du devoir civique - surtout en temps de crise.

Le constat que les consommateurs d'informations éprouvent le désir d'aider pendant une crise a des implications pour les vérificateurs de faits. Les campagnes d'éducation aux médias, par exemple, pourraient promouvoir l'utilité dans les messages clés. Les messages affichés sur les médias et réseaux sociaux pourraient inclure des phrases telles que « aidez-nous à mettre fin à la désinformation en partageant ce message ». Et les stratégies de collecte de fonds pourraient faire appel au désir du public d'être utile en demandant des dons individuels.

3. Exploiter les réseaux personnels de confiance

L'idée que les utilisateurs de WhatsApp sont fortement influencés par leurs propres cercles sociaux, notamment leurs amis et leur famille, est liée à l'idée d'utilité. La littérature nous a appris que les utilisateurs étaient plus susceptibles de partager des informations reçues au sein d'un réseau personnel de confiance.

D'un point de vue positif, ils étaient plus susceptibles de partager les corrections reçues d'un membre de leur famille, d'un ami proche ou d'une personne partageant les mêmes idées.

Cependant, d'un point de vue plus négatif, ils étaient également plus susceptibles d'agir sur la base d'informations erronées s'ils les recevaient d'un membre de leur famille ou d'un ami.

Lorsque les gens ont accès à l'antidote contre la désinformation - comme des informations précises et factuelles ou une correction claire qui démystifie une fausse déclaration - ils sont en mesure de diffuser largement ces informations dans leurs cercles sociaux.

Africa Check pilote un groupe d' « ambassadeurs des faits » qui distribueront des articles de vérification des faits, des fiches d'information, des guides et des informations sur l'éducation aux médias à un réseau de pairs, par le biais de leurs comptes de réseaux sociaux. Les leçons tirées de ces approches innovantes pourraient être importantes pour l'élaboration de futures stratégies qui utilisent l'idée d'influence sociale.

4. Établir des relations de confiance avec les médias, le gouvernement, la société civile, les chefs religieux et les entreprises technologiques

La recherche a souligné le rôle important de la confiance dans les sources d'information.

Par exemple, les utilisateurs semblent faire confiance aux organisations officielles, telles que les ministères de la santé, mais ils peuvent également faire confiance à toute personne qui prétend être, par exemple, un professionnel de la santé ou un chef religieux. Notre enquête a révélé que les utilisateurs font davantage confiance aux messages provenant de sources d'information légitimes et aux personnes qu'ils considèrent comme étant en position de plus grande connaissance ou autorité, telles que les professionnels de la santé.

De nombreux vérificateurs suivent déjà des modèles de partenariat avec les médias et d'autres entités pour obtenir un impact et une portée plus importants. L'implication des ministères de la santé, des organisations de la société civile et des chefs religieux pourrait être explorée davantage.

Nous soulignons également le rôle important que les entreprises de médias et réseaux sociaux pourraient jouer pour combattre la désinformation sur leurs plateformes. À titre d'exemple, nous faisons référence à des initiatives telles que le service d'alerte sanitaire, à travers lequel WhatsApp a formé un partenariat avec l'Organisation mondiale de la Santé pour lutter contre la désinformation en matière de santé. Nous citons également l'impact de la #CoronaVirusFacts Alliance et du robot de chat WhatsApp, menés par le Réseau international du fact-checking.

5. Donner aux gens les moyens d'identifier et de reconnaître les fausses informations sur les médias sociaux grâce à des campagnes d'auto-efficacité

L'auto-efficacité fait référence à la capacité des personnes à contrôler leur motivation, leur comportement et leur environnement social. Dans un contexte de désinformation, la littérature se réfère à la construction de l'auto-efficacité comme stratégie pour enseigner aux gens - sur les médias sociaux, par exemple - comment identifier et reconnaître la désinformation. 

L'auto-efficacité pour détecter la désinformation a été identifiée comme une stratégie globale dans nos trois ensembles de données : la littérature, notre enquête sur le comportement des utilisateurs et les entretiens avec les vérificateurs de faits. Cette stratégie repose sur la capacité du consommateur d'informations individuelles à choisir la manière dont il réagit et agit face à la désinformation.

Des messages tels que « Désinformation sur la Covid-19 - c'est à votre portée » pourraient contrer les conséquences de l'infodémie sur la santé mentale. De tels messages peuvent aider les utilisateurs à réaliser qu'ils ont un rôle à jouer dans la réponse à la désinformation sur la santé. Et les campagnes qui mettent l'accent sur le contrôle personnel de la désinformation par les utilisateurs pourraient les rendre moins anxieux et moins les accabler.

Les faits montrent que la responsabilisation individuelle peut être une stratégie cruciale contre les infodémies et que les vérificateurs de faits devraient l'intégrer dans les messages éditoriaux et les campagnes de médias sociaux. 

Alors que la pandémie et ses conséquences continuent d'affecter l'Afrique et le monde, nos recherches et les stratégies que nous identifions peuvent potentiellement faire une réelle différence. La lutte contre la désinformation est une tâche permanente.

Avec l'émergence de nouveaux vaccins et un mouvement antivaxxer nouvellement revigoré, nous avons encore du travail à faire.