Retour en Africa Check

Journée internationale du fact-checking 2021 : l'intelligence artificielle va transformer la vérification des faits à jamais

Depuis 2019, Africa Check a travaillé avec Google.org et trois partenaires de vérification des faits pour mettre sur pied des outils d'intelligence artificielle qui identifient les fausses informations particulièrement nuisibles. L'intelligence artificielle (IA) ne remplacera jamais les vérificateurs de faits, mais elle a considérablement amélioré et boosté les techniques de vérification des faits dans le monde.

Le 2 avril 2021, le réseau international de fact-checking (IFCN) célèbre à nouveau la Journée internationale du fact-checking. C'est une célébration annuelle pour notre communauté et un cri de ralliement pour une meilleure information dans la santé publique, le journalisme et la vie quotidienne.

Avril 2021 marque également une année de confinement dû à la Covid-19. À peu près à la même époque l'année dernière, les pays ont commencé à introduire des restrictions sur la circulation des personnes afin de ralentir la propagation de la maladie. C'est également à cette époque que le personnel d'Africa Check a décidé de travailler à distance, sans savoir quand il pourrait reprendre le travail en présentiel.

Ce que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle une infodémie s'est répandue presque aussi vite que la pandémie. 

Combattre la désinformation liée à la Covid-19 a été l'un des plus gros défis de l'année. Elle a mis en évidence un danger contre lequel les vérificateurs de faits mettent en garde depuis des années : les affirmations fausses et trompeuses peuvent ruiner des vies.

Elle a également mis en lumière une question débattue depuis longtemps par les vérificateurs de faits. Des centaines d'affirmations préjudiciables sont faites chaque jour. Comment savons-nous que nous en vérifions les plus importantes ?

Nous nous débrouillons avec un peu d'aide de nos amis (IA)

En 2019, Africa Check et trois de ses partenaires internationaux ont reçu une subvention de 2 millions de dollars US de Google.org pour utiliser l'apprentissage automatique afin d'améliorer considérablement et d'étendre les efforts de vérification des faits à l'échelle mondiale.

Pendant six mois, et avec l'aide de six boursiers de Google.org, nous avons fabriqué des outils d'intelligence artificielle pour détecter les affirmations faites par des personnages publics, les regrouper par sujet et les faire correspondre à des affirmations similaires dans les médias traditionnels et les réseaux sociaux.

Plutôt que de passer des heures à passer au crible le contenu des médias à la recherche de fausses affirmations, les vérificateurs de faits peuvent désormais accéder directement à une liste de déclarations que l'IA a déjà identifiées comme pouvant être vérifiées. Cela nous permet de réagir plus efficacement aux fausses informations. Cela nous alerte également sur des affirmations importantes que nous aurions pu manquer autrement.

Approvisionnement en électricité et migrants travailleurs

En voici quelques exemples. En octobre 2020, André de Ruyter, PDG d'Eskom, le producteur d'électricité sud-africain appartenant à l'État, a affirmé que les pannes d'électricité dans tout le pays avaient été causées par « l'hiver le plus froid depuis 10 ans ».

Bien qu'il ait été constaté que les températures de cet hiver étaient généralement inférieures à la normale, les données n'ont pas étayé cette affirmation. Et les experts ont expliqué que le système électrique devrait être capable de gérer les pics de demande hivernaux.

Nos outils d'IA ont également relevé une affirmation étonnante du ministre sud-africain des finances, Tito Mboweni. Lorsqu'il est rentré d'exil en 1990, a-t-il déclaré, huit employés de restaurant sur dix étaient sud-africains. « Les deux autres étaient probablement malawites ou zimbabwéens. Aujourd'hui, près de 100 % ne sont pas sud-africains ». Là encore, aucune donnée n'a pu confirmer cette affirmation. Dans un pays où les tensions entre les citoyens et les ressortissants étrangers sont souvent vives, des affirmations non étayées comme celle-ci n'aident guère.

Nous avons également publié des articles de fact-checking sur le chômage des jeunes, la santé mentale et les transports, toutes sur des affirmations identifiées par l'IA.

Surveillez cet espace

L'IA n'est pas conçue pour remplacer les vérificateurs de faits. Elle nous permet de passer plus de temps à faire le travail qui compte le plus : vérifier les affirmations fausses et trompeuses.

Utilisant un modèle d'apprentissage automatique basé sur BERT, la technologie fonctionne désormais en quatre langues – anglais, espagnol, portugais et français –  et dans cinq pays.

« Le soutien de Google.org nous a permis de créer des outils qui rendent le travail des vérificateurs de faits plus rapide et plus efficace, que vous soyez basé à Londres, Lagos, Buenos Aires, Nairobi ou Johannesburg », a souligné Kate Wilkinson, rédactrice en chef adjointe d'Africa Check.

En amplifiant notre travail, l'IA aide des millions de personnes à accéder à des informations exactes sur une large gamme de sujets. Et selon le PDG de Full Fact, Will Moy, ce n'est que le début. « Je fais pression pour que ces outils incroyables soient mis à la disposition de tous nos vérificateurs de faits et en temps voulu dans le monde entier », a-t-il déclaré.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters