Retour sur Africa Check

Attention, cette vidéo du vice-ministre sud-africain de la police ne date pas de 2019

Les récents actes de violences xénophobes en Afrique du Sud inquiètent des internautes qui expriment leur mécontentement à travers les réseaux sociaux. Mais parfois le désir d’alerter sur la question de la xénophobie se fait à travers des contenus sortis de leur contexte.



La vidéo ci-dessus a été publiée sur Facebook le 2 septembre 2019 par la page Ebale Ya Mozindo qui l'a légendée : « Afrique du Sud : le vice ministre de la police, Bongani Mkongi encourage la xénophobie ».

Dans cette vidéo, Bongani Mkongi déclare notamment : « Nous ne pouvons pas livrer l'Afrique du Sud à des ressortissants étrangers ».

Grâce à Google images, nous avons découvert que ladite vidéo date de juillet 2017.



De plus, certains internautes, plus avisés, ont signalé, dans leurs commentaires à la publication de la page Ebale Ya Mozindo, que cette vidéo remonte en effet à 2017.

Elle était devenue virale en raison du message anti-étranger que le vice-ministre de la police faisait passer à travers son discours.

En effet, Bongani Mkongi disait que les étrangers représentaient 80 % de la population dans certaines villes sud-africaines, ce qui était pour lui tout simplement « dangereux » et « inacceptable ».

Un article publié par la rédaction anglophone d’Africa Check démontre qu’il n’y a pas de preuves que 80 % du centre-ville de Johannesburg est habité par des ressortissants étrangers comme l’a soutenu Bongani Mkongi.

En avril 2019, le Daily Maverick rapportait que, suite à une rencontre avec des ambassadeurs des autres pays africains, le gouvernement sud-africain avait annoncé que le vice-ministre chargé de la police allait retirer ses propos sur les étrangers vivant en Afrique du Sud.

–  Azil Momar Lô (04.09.2019)

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique