Retour en Africa Check

Certaines photos illustrant cette publication sont hors contexte 

Sur Facebook, cette publication reprise ici, rapporte l’histoire d’une femme ghanéenne victime en Arabie Saoudite d’une agression à l’acide et qui en est sortie défigurée.

Le post est illustré par une série de quatre images censées montrer le visage de ladite femme avant et après son accident. Seulement, parmi les photos, certaines n’ont rien à voir avec l’histoire rapportée.

Une histoire vraie

La publication précise que les faits se sont passés en décembre 2018. La victime, Memuna Malik, « alors âgée de 27 ans, est allée se faire belle dans un salon de coiffure en Arabie saoudite, où elle était basée.

Alors qu’elle se faisait coiffer, une autre femme, Salomey, a fait irruption dans le salon avec une bouteille d’acide destinée à la coiffeuse, Rabi. Soudain, une dispute s’est engagée entre les deux femmes dans le salon de coiffure.

Dans un excès de rage, celle qui tenait de l’acide, a versé le produit par erreur sur Memuna, la défigurant instantanément », poursuit le post. La suite du texte indique que Memuna, par manque de moyens, -car ses employeurs ne voulaient plus d’elle en Arabie Saoudite-a fini par rentrer au Ghana et demande de l’aide afin de se faire une chirurgie. 

Des images hors contexte


Une recherche inversée sur cette image nous révèle que l’histoire de cette publication est vraie. La fondation ghanéenne Crime Check lui a consacré une série de documents à lire et visualiser  ici.

Le premier montage d’image notamment celui où l’on voit d’un côté une femme voilée au visage clair et de l’autre une femme voilée au visage défiguré, montre bien Memuna Malik, une Ghanéenne de 27 ans, victime d’une agression à l’acide en Arabie Saoudite.

En regardant sur la photographie où elle a le visage défiguré, nous pouvons relever en arrière-plan le logo de la fondation Crime Check.

Quant aux trois autres images (1,2,3) montrant certes une femme victime d’une attaque à l’acide, elles sont en rapport avec une autre histoire.

Une Ethiopienne victime de son mari


Une recherche inversée d’images sur lesdites photos nous indique qu’il s’agit d’une femme éthiopienne qui a été attaquée à l’acide par son ex- mari en 2017.

BBC qui évoque l’incident avec les mêmes images que sur la publication, informe que Atsede Nguse, c’est le nom de la victime, avec l’aide de bonnes volontés, a pu se faire soigner aux Etats-Unis où elle a subi une chirurgie des paupières, même si elle a perdu la vue à la suite de cette attaque.

-Dieynaba Thiombane

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un fact-checker a estimé que votre post sur Facebook ou Instagram était "faux". Que devez-vous faire ? D'abord, ne supprimez pas la publication ! Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters