Retour en Africa Check

Ces images ne montrent pas l'arrestation du directeur de la commission anticorruption du Cameroun

Cette publication de la page Ouaga226 au cœur de l’information, reprise ici et , prétend montrer, image à l’appui, l’arrestation d’une personne présentée comme le directeur de la « commission anticorruption au Cameroun », en possession d’une grosse somme d’argent.

« L'argent trouvé chez le directeur de la commission anti-corruption au Cameroun», lit-on à travers la légende.

Capture d'écran de la publication

Photos présentées hors de leurs contextes

Après une recherche d’image inversée, on retrouve dans cet article du site congolais jambordc.info la photo sur laquelle on voit un homme assis et menotté. Datant de janvier 2018, le texte indique qu’il s’agit du colonel Abbas Kayonga, ancien coordonnateur de la cellule anti-fraude minière en République démocratique du Congo (RDC). Suspendu de ses fonctions le 2 novembre 2017 pour « manquement grave », il a été jugé par la cour militaire et condamné à mort, le 21 mars 2018, après avoir été reconnu coupable de rébellion, assassinat et détention d’arme illégale

En outre, les images de billets associées à la publication n'ont pas aussi été prises au Cameroun. Prises en 2017, on les retrouve notamment dans cet article de l’Express ou encore sur ce site d’informations bresilien évoquant la saisie d’une importante somme d’argent appartenant à un ancien ministre de l’ancien président Michel Temer. 

En 2017, quand les mêmes rumeurs ont circulé à propos de l’arrestation d’un directeur anti-corruption au Cameroun, le secrétaire permanent de la Commission nationale anticorruption (Conac) avait alors apporté un démenti. « L’argent contenu dans les valises est le fruit d’une saisine de la police fédérale du Brésil en septembre 2017, d’une somme de 16,4 millions de dollars », précise le communiqué.

Par ailleurs, la Conac n’a pas de directeur mais plutôt un président répondant au nom de  Dieudonné Massi Gams.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un fact-checker a estimé que votre post sur Facebook ou Instagram était "faux". Que devez-vous faire ? D'abord, ne supprimez pas la publication ! Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters