Retour en Africa Check

Ces images n'ont pas été prises en Côte d’Ivoire, mais au Cameroun

En Côte d’Ivoire, l’élection présidentielle est prévue le 31 octobre 2020. Depuis l’annonce d’Alassane Ouattara, le président sortant, de briguer un troisième mandat, le pays est sujet à de récurrentes manifestations de populations qui protestent contre cette décision.

Ainsi, le lundi 19 octobre, des affrontements ont éclaté dans la ville de Dabou, à quelques kilomètres de la capitale Abidjan, causant la mort de sept personnes.



C’est suivant ce contexte que la publication ci-dessus de la page Pdci24 – qui informe sur les activités du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) – prétend montrer, photographies à l’appui, un individu favorable à Alassane Ouattara qui « vient d'être débusqué par la population de Dabou, avec des fusils de chasses ».

« Il tentait de s'en prendre à certains civils innocents », lit-on notamment.

L’arrestation d’un « séparatiste » au Nord-Ouest du Cameroun


Datant du 21 octobre 2020, la même publication est reprise par la page Facebook Gbagbo ou rien. En commentaires, des internautes alertent que ces images n’ont pas été prises en Côte d’Ivoire mais plutôt au Cameroun, ce que nous confirme la recherche inversée d’images.

En effet, on retrouve les mêmes images dans cette publication du 20 octobre 2020 de la page Non au tribalisme au Cameroun avec la légende : « zone de crise Ewing ce 19 octobre 2020 ».

Cette mention étant insuffisante pour situer ces images et savoir dans quel contexte elles ont été prises, nous avons contacté le gestionnaire de la page pour plus de détails. Ce dernier nous renseigne qu’il « s’agit d’un séparatiste qui a été arrêté dans le Nord-ouest du Cameroun, à Bamenda, par les corps d'élite de l'armée du Cameroun (BIR et BTAP). Elles n’ont rien à voir avec la Côte d’Ivoire ».

Frederic Takang, correspondant de la BBC à Bamenda a confirmé à Africa Check que l’armée camerounaise a envoyé ces photographies à des journalistes.

« Ces images nous ont été envoyées par un soldat camerounais. L'armée mène dans le Nord-ouest anglophone du pays, une opération baptisée "Bamenda Clean", qui consiste à débusquer et neutraliser tous les séparatistes cachés dans la zone. C'est dans ce cadre, selon l'auteur de ses photos qui a requis l'anonymat, que ce monsieur qui n'est pas le seul, a été capturé », détaille Frederic Takang.

Le Cameroun traverse une crise socio-politique qui concerne principalement les régions anglophones, dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du pays. Devenue un conflit armé, notamment depuis que des séparatistes ont annoncé, en octobre 2017, une indépendance symbolique des deux régions anglophones, cette crise tire son origine des revendications corporatistes de la minorité anglophone, qui se dit marginalisée politiquement et économiquement.

– Dieynaba Thiombane

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un fact-checker a estimé que votre post sur Facebook ou Instagram était "faux". Que devez-vous faire ? D'abord, ne supprimez pas la publication ! Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters