Retour en Africa Check

Ces photos ne montrent pas des musulmanes torturées en Chine



Sur Facebook, cette publication datée du 3 février 2020 est sensée montrer des musulmanes torturées en Chine, comme le suggère la légende suivante (traduction automatique de Facebook, de l’arabe au français) : « Musulmanes en #Chine Pas de drapeaux, c'est toi qui les connais ! Et les crimes de la Chine que le monde a vu Pour dire le prophète que la paix soit sur lui Ceux qui ne se soucie pas des musulmans ne sont pas parmi eux ».

Partagée plus de 45 000 fois au 19 février 2020, la publication met en exergue une série de cinq images sur lesquelles on voit des femmes en situation de torture.

Scènes de reconstitution et photos mises hors contexte


La première image montre une femme, au visage flouté, couchée sur le dos sur le châlit d’un lit en fer, les mains et les pieds attachés aux extrémités du lit. La recherche inversée de l’image indique qu’il s’agit d’une photo de reconstitution de tortures faites sur des personnes pratiquant le Falun Dafa, une discipline bouddhiste en Chine. Le gouvernement chinois est accusé de persécuter les adeptes de cette discipline.

La deuxième image présente une femme qui a les mains et les pieds liés et suspendus au baldaquin d’un lit : la recherche inversée de l’image a permis de constater qu'il s'agit aussi d'une photo de reconstitution des tortures administrées dans un camp de travaux forcés pour femmes dans la province du Shandong en Chine.

La troisième image met en scène une femme menottées sur une barre de fer. Il s'agit, là encore, d’après la recherche inversée d’image, d'une illustration des sévices subis par les Falun Dafa.

La quatrième image, qui est en fait un photomontage de trois photos, illustre des femmes en pleurs dans une manifestation ou encore assises à même le sol les mains attachées. Les deux premières photos qui composent ce photomontage ont été prises en juillet 2009, lors d’une manifestation des femmes ouïgoures à Urumqi, la capitale de la région autonome Ouïgoure du Xinjiang dans l'extrême nord-ouest de la Chine, comme le rapportent respectivement ces articles du Guardian et de Deutsche Welle. Quant à la dernière photo qui constituent ce photomontage, la recherche inversée n'a pas livré des informations précises.

Enfin, sur la cinquième image de cette publication, on voit une femme assise à même le sol, les mains attachées, une personne en tenue militaire lui touche les pieds avec une matraque. La recherche inversée de cette image révèle qu’elle est aussi une image de reconstitution des persécutions subies par les Falun Dafa en Chine.

– Dieynaba Thiombane

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un fact-checker a estimé que votre post sur Facebook ou Instagram était "faux". Que devez-vous faire ? D'abord, ne supprimez pas la publication ! Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters