Retour sur Africa Check

Cette photo montre la corniche de Merkala à Tanger au Maroc et n'a rien à voir avec la RDC

Sur Facebook, cette publication prétend montrer la maquette de la future avenue de tourisme à Kinshasa, à l'horizon 2023. Publiée par la page Eagles magazine, l’image donne à voir une route qui longe une côte et a été partagée plusieurs fois ( 1, 2, 3, 4, 5, 6 ) sur le réseau social.

Capture d'écran de la publication

Une image de la corniche de Merkala à Tanger au Maroc

Une recherche d'images inversée avec Google Images permet de retrouver l’origine de cette image. Contrairement à ce qui est indiqué, la photo ne montre pas la maquette d’une future avenue à Kinshasa. Il s’agit plutôt d’une photo de la corniche Merkala à Tanger au Maroc. On la retrouve notamment sur le site Découvrir le Maroc mais aussi, prise sous des angles différents, dans cette autre publication sur Facebook et ici, à travers cette vidéo sur YouTube qui propose un tour de la corniche Merkala.

La même image est également visible sur la plateforme de location Airbnb au Mexique, avec la mention Gharbaoui photograph. La recherche par mot-clés nous renvoie sur une page Facebook éponyme qui l’a mise en ligne depuis juin 2021. Contacté par Africa Check, via le numéro WhatsApp disponible sur la page, l’administrateur a indiqué qu’il s’agissait bien de sa photo : « Définitivement une photo de moi depuis trois ans. C'est la corniche de Merkala, Tanger au Maroc, le détroit de Gibraltar », nous a-t-il expliqué. 

Il n’existe pas de projet de construction d’une avenue du tourisme à Kinshasa pour le moment

L'origine de cette fausse information est une publication de Andy Bemba, auteur du livre L'entrepreneuriat d’aujourd’hui et d’hier. Dans son post, il parle plutôt d’un rêve en imaginant « Nzela mayi (autre nom de l'Avenue du Tourisme) en 2026 ». Nous avons contacté Andy Bemba à travers son compte Twitter notamment pour savoir s’il existait un projet du genre sur l’Avenue du tourisme à Kinshasa. « Je faisais juste un rêve. Il n’y a aucun projet en vue », a-t-il expliqué.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique

Fermez et continuez à lire

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique