Retour en Africa Check

Cette vidéo n’a pas été prise au Sénégal

La scène qui se déroule dans cette vidéo publiée par la page Les activistes Sénégalais est présentée comme étant un sacrifice rituel qui s’est déroulé au Sénégal.

Une vidéo filmée au Mali


La vidéo qui dure moins de deux minutes, montre un groupe d’individus regroupés autour d’un bœuf recouvert d’un morceau de tissu rouge. L'animal est maintenu au sol par les pattes et la queue.

Une autre personne s’approche de la bête, s’accroupit, en marmonnant des expressions inaudibles. Il termine en tapant sur l’animal et ordonne aux autres de le lâcher.

La bête prend un petit temps avant de se lever et une voix en Bambara – une langue parlée au Mali, mais aussi dans quelques parties du Sénégal – ordonne aux autres de tirer le bœuf pour le jeter dans une fosse en flammes.

En effectuant une recherche inversée d’une capture de l’image, on retrouve la même vidéo partagée par des pages Facebook au Mali (ici et ici). Sur le dernier post, on peut lire : « Farabana Moussa brûle une vache vivante. Il fait ce sacrifice pour la stabilité du pouvoir. Mais, Dieu est plus fort que tout ça ».

Africa Check a contacté Maliki Diallo, journaliste malien à lejalon.com, un média en ligne basé au Mali qui a aussi une rubrique sur le fact-checking, Mali Check. Il nous explique que la vidéo est bien authentique et qu’elle a été effectivement prise au Mali.

« Le féticheur s’appelle Moustapha Diallo, il est bien connu au Mali. Son village se trouve à une quarantaine de kilomètres de Bamako, la capitale du Mali », nous relate-t-il.

Plusieurs versions sur la scène


Les explications de Maliki Diallo sont corroborées par celles d’un autre média en ligne malien, Benbere. Nous avons contacté ce média sur Facebook via leur messagerie, et à travers ce post, il indique que la vidéo n’a pas été prise  au Sénégal mais à Farabana (région de Koulikoro), le village du féticheur.

« Il est difficile de dire exactement quand est-ce que la scène a été filmée, mais elle a commencé à faire le buzz sur les réseaux sociaux à partir de la soirée du jeudi 25 juin dernier dans un contexte politique tendu au Mali », explique le post.

Dans une vidéo mise en ligne le 26 juin 2020, Moustapha Diallo explique en Bambara les raisons de ce sacrifice.

Le journaliste malien Lasana Nasoko basé à Kayes nous a traduit en français les propos de la vidéo. En substance, Moustapha Diallo explique en substance que le sacrifice auquel il a procédé n'a rien à voir avec la situation sociopolitique dans le pays, comme certains l'ont prétendu, mais que c'était pour aider  un Malien vivant à Paris et qui était dans des problèmes.

– Dieynaba Thiombane

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un fact-checker a estimé que votre post sur Facebook ou Instagram était "faux". Que devez-vous faire ? D'abord, ne supprimez pas la publication ! Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters