Retour sur Africa Check

Les photos de l'homme aux seins sont mises dans un faux contexte

« Attention, la femme d’autrui est un poison. Au Bénin, ce monsieur a couché avec la femme de son voisin et voilà ce qui lui est arrivé ».

Sur Facebook, cette légende accompagne deux photos publiées partagées depuis plusieurs mois.

Sur les deux photos, on peut voir un homme, chemise ouverte, présenter des seins sur sa poitrine.


Gynécomastie


La gynécomastie est un développement plus ou moins excessifs des glandes mammaires chez les hommes.

Elle peut être causée « par un changement, ou un déséquilibre des taux d'hormones, qui se produit en particulier à la puberté ou chez les hommes âgés (et) est plus fréquente en cas de surcharge pondérale ».

La gynécomastie est également attribuable « à une maladie du foie ; à des médicaments pris dans le cadre du traitement d’ulcères, de l’hypertension artérielle ou d’une insuffisance cardiaque (…) ».

Cette maladie est aussi observée chez certains patients masculins sous ARV.

Selon cet article, publié en octobre 2015, l’homme que l’on voit sur la photo a développé des seins quelques temps après avoir commencé son traitement contre le VIH Sida, avec la prise d’antirétroviraux (ARV). L’article indique que sa femme l’a quitté après qu’il a développé des seins.

D’après cet autre article, publié en août 2015, il est mentionné que l’homme avait sollicité une assistance spirituelle auprès du pasteur Magaya Walter, à Harare, la capitale du Zimbabwe.

Dr Ndeye Fatou Ngom du Centre de traitement ambulatoire (CTA) de l’hôpital Fann de Dakar confirme que la prise d’antirétroviraux peut causer la gynécomastie chez les hommes. Toutefois, elle précise que ce ne sont pas tous les patients masculins qui sont sujets à ce phénomène.

« Tout dépend de la sensibilité de la personne et des types de médicaments utilisés », explique-t-elle.

Dieynaba Thiombane (25.08.2019)

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique

Fermez et continuez à lire

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique