Retour en Africa Check

L'histoire de la mère impala se sacrifiant pour sauver ses petits est fausse

« Ooh les mamans je n’arrive pas à croire comment certains enfants font du mal à leur propre mère ». C'est le commentaire d'un internaute sur la publication d’une photo d'un impala, l’air imperturbable, face à un groupe de trois guépards qui tentent lui planter leurs crocs, traduit l'émoi de cette image partagée le 19 juin 2018  – et récemment devenue virale  – sur la page Djib News.com.

Elle est ainsi légendée : « Cette photo a remporté le prix de la meilleure photo de la décennie et a conduit le photographe à une grande dépression. Les guépards ont poursuivi une mère cerf et ses deux bébés, la mère aurait pu s'échapper facilement des guépards mais au lieu de cela elle s'est offerte pour que ses enfants puissent s'échapper. Sur la photo elle est vue regardant ses bébés courir en sécurité alors qu'elle est sur le point d'être déchiqueté en morceaux. Le sentiment de mère n’est pas seulement un sentiment humain ».(Sic)



La même publication a été reprise par la page Scoop Abidjan, le 1er juin 2019.


Une photo prise parmi d’autres


La photo et l'émouvante histoire qui l'accompagne a suscité l'ire de certains internautes, reprochant à la photographe son inaction face à la scène, et l'émoi d'autres, saluant la bravoure et la sensibilité de la « mère impala » pour la sécurité de ses enfants.

L'auteure de la photo, Alison Buttigieg, a réagi sur son compte Facebook pour apporter la vraie version de l’histoire et assurer qu’elle n’est pas atteinte de dépression.



« J'ai été témoin de cette tuerie faite par des guépards en septembre 2013 à Maasai Mara, au Kenya. Narasha, la maman guépard, enseignait à ses enfants comment tuer une proie. Cependant, ils ont pris un peu de lenteur et ont joué avec la malheureuse proie impala au lieu de la tuer. Narasha, la guépard maman est celle qui attrape l'impala par le cou sur toutes les photos. Les jeunes travaillent quelques habiletés comme sauter et trébucher, mais ils ne semblent pas être en mesure d’étrangler efficacement l’impala », écrit Buttigieg sur son site internet.

« Ce qui sort de l’ordinaire dans cette séquence de photos, c’est le calme de l’impala pendant toute cette épreuve. Il est probablement sous le choc et donc paralysé par la peur. Il est troublant de voir comment il semble poser sur certaines photos, en particulier sur la sixième, comme s'il était déterminé à rester beau et fier jusqu’à sa fin », raconte la photographe.

« La défiance dans ses yeux contraste avec son manque d'intérêt pour la préservation de soi. Cela m'a permis d'obtenir des images uniques d'une mise à mort apparemment chorégraphiée dans sa grâce. Je voulais que le spectateur sympathise avec l'impala et témoigne en même temps de la nature troublante de cette tuerie inhabituelle », ajoute-t-elle.

– Dieynaba Thiombane (30.07.2019)

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un fact-checker a estimé que votre post sur Facebook ou Instagram était "faux". Que devez-vous faire ? D'abord, ne supprimez pas la publication ! Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters