Retour en Africa Check

L’info sur l’infirmière zambienne qui a échangé des milliers de bébés est fausse

Au Sénégal et au Mali, des articles indiquant qu’une infirmière zambienne a confessé avoir échangé 5 000 bébés dans une maternité ont été publiés ces derniers jours.

Au 18 avril, le site d'information Senenews qui a diffusé cette information a recueilli une centaine de partages sur Facebook; 42 partages pour le site Galsen 221 sur la même plateforme.

L’article relaie un long témoignage attribué à personne nommée Elizabeth Mwewa, une infirmière qui travaillait à University Teaching Hospital (UTH), à Lusaka, en Zambie.

La nommée «  a confessé sur son lit de malade qu’elle avait échangé les bébés de milliers de nouvelles mères alors qu’elle travaillait à la maternité de UTH ».

« Si vous êtes né à UTH entre 1983 et 1995, il est probable que vos parents ne soient pas vos parents biologiques. J’avais pris l’habitude d’échanger des bébés nouvellement nés juste pour le plaisir. Alors regardez bien vos frères et sœurs, si par exemple tout le monde est clair et que vous êtes noir… vous êtes cet enfant et je suis vraiment désolé pour cela », peut-on lire.

Le conseil zambien des infirmières réfute


Africa Check a contacté le Conseil zambien des infirmières qui n'a pas encore réagi.

Mais nous avons obtenu copie d'un communiqué – daté du 5 avril 2019 – dans lequel cette organisation indique qu’il n’existe pas, dans ses registres, une infirmière ou une sage-femme du nom d'Elisabeth Mwewa et qu'une personne portant ce nom n’a jamais travaillé au sein de la maternité de University Teaching Hospital de Lusaka.


Qui est la dame sur la photo illustrant l’article ?


La plupart des sites web ayant relayé cette information ont utilisé la même photo.

Africa Check n'a pas pu identifier la dame figurant sur la photo.

On y voit une dame en blouse blanche, assise, tenant un téléphone dans une de ses mains.

La même photo figure sur le site sedaye-ma.org qui appartient à une certaine Ma Sedaye, « originaire du Zimbabwe. Elle vit maintenant à Columbus, dans l'Ohio (USA) ».

« Au Zimbabwe, Ma était infirmière et après avoir travaillé comme femme de ménage ici en Amérique, elle a finalement poursuivi son rêve au collège communautaire de devenir infirmière une fois de plus ! Ce blog est son projet parallèle quand elle ne travaille pas à l'hôpital », est-il indiqué sur le site.

Africa Check a contacté l’administrateur de sedaye-ma.org pour identifier la femme figurant sur cette photo. Nous attendons toujours sa réponse et actualiserons cet article quand nous l’aurons. – Par Valdez Onanina (18/04/2019)

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un fact-checker a estimé que votre post sur Facebook ou Instagram était "faux". Que devez-vous faire ? D'abord, ne supprimez pas la publication ! Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters