Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Bénin : ces images ne montrent pas une manifestation contre la présence de bases militaires françaises dans le pays

EN BREF - Il s’agit d’images prises lors d’une manifestation contre la vie chère, le 1er mai 2024 à Cotonou.

Le Bénin et le Niger sont opposés, depuis plusieurs semaines, dans une crise diplomatique. La montée des tensions observée entre ces deux pays voisins a débuté après que le Bénin a décidé d’appliquer les sanctions décidées par la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) à l’encontre du Niger en réaction au coup d’État militaire du 26 juillet 2023 contre Mohamed Bazoum, le président nigérien qui avait été élu en mars 2021.

Au nombre desdites sanctions, figurait la fermeture des frontières terrestres. Mais celle-ci fait partie de la liste des sanctions qui ont été levées par les chefs d'État des pays membres de la Cedeao, le 24 février 2024. Le Bénin avait donc rouvert sa frontière avec le Niger, mais les autorités nigériennes, elles, ont maintenu la fermeture de leur frontière, évoquant un risque sécuritaire. 

Le 8 mai 2024, le président béninois, Patrice Talon, a appelé les autorités nigériennes à rouvrir leur frontière commune, si celles-ci souhaitent exporter leur pétrole depuis le port béninois de Sèmè Kpodji. La réponse nigérienne ne s’est pas faite attendre puisque, trois jours plus tard, le premier ministre nigérien Ali Mahaman Lamine Zeine, a tenu un point de presse au cours duquel il a déclaré : « Nous avons souverainement décidé de garder notre frontière fermée avec le Bénin pour la bonne et simple raison que nos anciens amis, que sont les Français, sont revenus sur le territoire béninois après leur départ du Niger ».

La publication en cause 

C’est dans ce contexte que la page Facebook Team2Faso a publié, le 4 mai 2024, une série de cinq images prétendant montrer une manifestation au Bénin contre la présence de bases militaires françaises dans le pays. 

« Urgent #Benin : Manifestation contre les bases militaires françaises présentes au nord du pays à la frontière avec le Niger. C'était à l'occasion de la célébration du 1er Mai », peut-on lire à travers cette publication qui avait été partagée plus d’une centaine fois au moment où nous publiions cet article. 

Capture d'écran de la publication

 

Sur Facebook, plusieurs autres internautes ont effectué des publications similaires, comportant les mêmes images. (1,2,3,4,5,6,7,8,9,10,11,12,13,14,15,16,17,18,19,20,21,22,23). 

Des images de manifestations contre la vie chère

La recherche inversée d’images à partir du logiciel TinEye nous a permis de retrouver des détails sur ces images.

Sur l’une des images, on distingue une banderole estampillée : « BASES MILITAIRES FRANÇAISES. HORS DU BÉNIN ! HORS DU KANDI ! HORS DE PARAKOU ». 

Nos différentes recherches au niveau des médias d’information du Bénin nous ont permis de retrouver l’origine de cette image. On la retrouve notamment dans cette vidéo publiée le 1ᵉʳ mai 2024, par la page Facebook Allô Bénin. L’image apparaît à la 25ᵉ seconde. 

« Bénin: Gigantesque marche de protestation contre la cherté de la vie organisée ce 1er mai 2024 par le Secrétaire général de la Confédération Syndicale des travailleurs du Bénin (CSTB) Kassa Mampo… Vous avez en images, la marche dans cette vidéo ! (sic) », est-il indiqué.  

Capture d'écran de la publication

 

Les quatre autres images ont également été réalisées à l’occasion de cette manifestation contre la vie chère, qui a eu lieu le 1ᵉʳ mai 2024 à Cotonou, la capitale économique du Bénin.

Une d’elle apparaît dans cet article du média béninois Quotidien La Tempête traitant de ladite manifestation.

Capture d'écran de la publication

 

Une autre image figure dans cet article du média béninois Le Radar titré : « Marche de la CSTB: 52 travailleurs placés en garde à vue, 20 libérés ». 

Capture d'écran de la publication

 

Quant à ces deux images (1,2) nous n’avons pas retrouvé leur origine exacte à travers nos recherches. Nous les avons alors transmises à la Confédération des syndicats des travailleurs du Bénin (CSTB) pour vérification. 

« Je confirme, toutes ces cinq images ont été prises lors de notre rassemblement du 1ᵉʳ mai », nous a certifié le Secrétaire général de la CSTB, Kassa Mampo.

Manifestations contre la vie chère au Bénin 

Le 1ᵉʳ mai 2024, soixante-douze personnes ont été arrêtées dans le cadre d'une marche de la Confédération des syndicats des travailleurs du Bénin (CSTB), empêchée par la police. Vingt-et-un militants de la CSTB sur les 72 avaient été placés en détention provisoire pou rune prétendue  consommation de cannabis. Ils ont été ensuite libérés dans la nuit.

« Ridicule et toxique argumentaire d’un pouvoir en perte de vitesse qui invente des subterfuges pour intimider les travailleurs », a déclaré à l’Agence France-Presse Nestor Kouakanou, syndiqué à la CSTB.

Quelques jours plus tôt, le 27 avril, une manifestation contre le coût de la vie avait été dispersée par des tirs de gaz lacrymogènes de la police nationale à Cotonou. La Confédération des syndicats autonomes du Bénin (CSA Bénin) avait déclaré sur le réseau social X, que son dirigeant, Anselme Amoussou, avait été interpellé par la police.

En outre, des milliers de Béninois sont descendus dans les rues de Cotonou, le 11 mai 2024, pour protester contre la hausse des prix ainsi que contre des violations des libertés individuelles et syndicales.

Démenti du Bénin sur la présence de bases militaires françaises sur son sol 

Par ailleurs, le gouvernement béninois avait déjà apporté un démenti, en septembre 2023, sur la question  de prétendues bases militaires françaises installées dans le pays.

« C'est absolument une fausse information : il n'y a aucune base militaire en construction au Bénin, il n'y a aucun accord militaire entre le Bénin et la France qui demande qu'une base soit installée ici. Il n'y a aucun projet en perspective d'accueillir une base ou des troupes qui seraient parties de tel ou tel pays. Ce sont des élucubrations », avait déclaré le secrétaire général adjoint et porte-parole du gouvernement du Bénin, Wilfried Léandre Houngbedji.

En décembre 2023, lors d’une visite au Bénin, le Chef d’État-Major des Forces Armées françaises, le Général Thierry Burkhard avait indiqué que son pays n’a aucune base militaire au Bénin. 

« Non, il n’y a pas de base militaire française au Bénin. Il n’y a pas non plus de mission militaire permanente ici (...) », avait-il déclaré.


Article édité par Dieynaba Thiombane et Valdez Onanina.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique