Retour sur Africa Check

Cette offre d'argent de la part de Sadio Mané est frauduleuse

EN BREF - La publication est une anarque visant à escroquer de l'argent à des utilisateurs en utilisant la notoriété de Sadio Mané, la star sénégalaise de football.

Cette publication parue dans le groupe public Sadio Mané Officiel, qui totalise 35 000 abonnements et qui a été créé le 6 février 2022, prétend que le footballeur international sénégalais Sadio Mané offre 600 000 francs CFA à ses fans porteurs de projets. 

La publication invite les utilisateurs à cliquer sur un lien qui les redirige vers la messagerie WhatsApp ou à appeler un numéro visible sur la publication. Le post a été largement partagé sur les réseaux sociaux (1,2,3,4,5).

Africa Check s’est prêtée au jeu afin de vous démontrer en quoi ce type de publications sont des arnaques et pourquoi vous devez vous en méfier. 

Capture d'écran de la publication

Fraude

Les informations sur le compte incriminé renseignent qu’il a été créé et a intégré ce groupe le 31 août 2022. Aucun numéro de téléphone n’a été ajouté. 

Pour avoir de plus amples informations sur cette offre, nous nous sommes fait passer pour de potentiels utilisateurs crédules en contactant via WhatsApp le numéro de téléphone indiqué dans la publication.

Capture d'écran de la publication

Feignant une faiblesse dans le vocabulaire, nous nous sommes fait passer pour un jeune de 17 ans, à la recherche désespérée d’argent pour lancer un projet afin de venir en aide à sa mère. Notre interlocuteur se fait passer pour Sadio Mané et nous informe qu’il peut nous aider financièrement pour nos projets. Il nous demande ensuite s' il peut nous faire confiance. Nous acquiesçons. Il nous envoie dans la foulée le numéro de téléphone de son supposé gestionnaire de compte, un certain Yoro Gilbert, censé nous remettre la somme d’argent (600 000 FCFA), comme convenu. 

En contactant ledit numéro, notre nouvel interlocuteur nous informe qu’il nous faudra payer les frais de décaissement qui s’élèvent à 15 855 FCFA avant que la somme de 600 000 FCFA nous soit envoyée par des moyens de paiement disponibles au Sénégal.

Capture d'écran de la publication

Nous demandons une garantie, un papier nous assurant que nous ne sommes pas en présence d’une arnaque. Notre interlocuteur nous répond que « Sadio Mané s’est occupé de tout » et que la seule chose que nous avons à faire est de lui envoyer directement la somme de 15 855 FCFA.

Capture d'écran de la publication

Nous lui avons fait croire que nous lui enverrons cette somme d'argent avant de mettre un terme à cette discussion. 

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique