Retour sur Africa Check

Faux, ces images ne montrent pas les bombardements du 20 novembre 2022 près de la centrale de Zaporijia, en Ukraine

EN BREF - Nous recherches permettent de démontrer qu'aucune de ces images ne montrent les bombardements et les explosions qui ont lieu dans la centrale de Zaporijia, en Ukraine, le 20 novembre 2022. 

Située dans le sud de l'Ukraine, la centrale de Zaporozhye, communément appelée Zaporijia, est la plus grande centrale nucléaire d’Europe. Le dimanche 20 novembre 2022, le site abritant ladite centrale a été le théâtre de nombreuses explosions.

Dans un communiqué ayant suivi cet incident, le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Mariano Grossi déclare : « Même s'il n'y a pas eu d'impact direct sur les systèmes clés de sûreté et de sécurité nucléaires de la centrale, les bombardements s'en sont dangereusement approchés. Nous parlons de mètres, pas de kilomètres ». 

Le 27 novembre 2022, la page « Timenowmagazine - TNM », indique dans une publication : « Explosions à Zaporozhye : attaque de missiles sur des cibles ennemies, une partie de la ville est déjà sans électricité ». Le post est illustré par une série de quatre images censées montrer les ravages des explosions. 

Capture d'écran de la publication

Timenowmagazine - TNM, se définissant comme un site web d’actualités, a été créée le 3 août 2020. Elle est gérée depuis le Burkina Faso, les États-Unis et la République démocratique du Congo (RDC), d’après les informations sur sa transparence. La publication a été également partagée ici

Capture d'écran de la publication

 

Images prise à Kiev

La recherche inversée d’image à partir du logiciel TinEye nous indique que ces images ne montrent pas les récentes explosions à Zaporijia. 

La première image, où l’on voit de la fumée au-dessus d’un immeuble apparaît dans un article de l’agence américaine de presse Reuters (défiler pour voir). Le texte, datant de juin 2022, est intitulé (titre traduit de l’anglais au français) : « La Russie frappe Kiev pour la première fois depuis des semaines alors que la bataille fait rage dans l'est du pays ». La légende accompagnant l’image se présente comme suit : « De la fumée s'élève après des frappes de missiles, alors que l'attaque de la Russie contre l'Ukraine se poursuit, à Kiev, en Ukraine ». L’image a été prise le 5 juin 2022 par le photo journaliste ukrainien Vladyslav Sodel. 

Capture d'écran de la publication

La deuxième image est la même que la quatrième.  On peut y voir trois personnes debout à côté de voitures en feu. Cette photographie apparaît dans la deuxième série d’images d’un article du média américain New York Post, publié en octobre 2022 et titré : « Un célèbre médecin ukrainien a été tué alors qu'il se précipitait désespérément pour aider les gens pendant un blitz de missiles » (traduit de l’anglais au français). 

Notamment ajoutée dans la base de données de la plateforme de partage de contenus Alamy, cette photo a été réalisée le 10 octobre 2022 par le photographe Valentyn Ogirenko pour Reuters. La légende informe : « Des voitures sont en feu après l'attaque au missile de la Russie à Kiev, en Ukraine ».

Capture d'écran de la publication

Quant à la troisième image montrant des explosions de voitures dans une allée, elle apparaît dans des publications datant d’octobre 2022. On la voit par exemple dans cet article du média paneuropéen bne IntelliNews ou encore sur le site de l’hebdomadaire haut-savoyard (sud-est de la France) Le Messager.

L'image a été publiée sur Twitter par Osintechnical, un compte dédié au renseignement sur les sources ouvertes, c'est-à-dire « une information accessible à tous et non classifiée », peut-on lire ici.  Cette photo a été prise au centre de Kiev, capitale de l’Ukraine, après des attaques russes le 10 octobre 2022. 

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique