Retour sur Africa Check

Faux, cette vidéo ne montre pas l’arrestation de fumeurs de "chicha" au Mali

EN BREF - La vidéo date de février 2019. Elle montre des éléments de la Brigade spéciale d’intervention (BSI) de la police malienne à l'œuvre, lors d'une descente à la gare routière de Djikoroni Para, dans la Commune IV du District de Bamako. L’intervention s’inscrit dans le cadre de l’opération « coup-de-poing » déclenchée à la suite d’une série d’assassinats et de braquages dans la capitale malienne.

Le gouvernement malien a interdit l'importation, la distribution et l’usage de chicha - appelé narguilé au Mali - à travers un arrêté interministériel publié le 15 août 2022. 

C’est dans ce contexte que cette vidéo est présentée sur Facebook comme celle de l’arrestation de fumeurs de chicha à la gare de Sogoniko, une banlieue dans la capitale malienne, Bamako. La séquence qui dure 6 minutes 8 secondes a été partagée ici, ici et ici et montre des policiers faire une descente dans un lieu où l’on voit des cantines, des magasins ainsi que des voitures et motos garés.

Capture d'écran de la publication

Vidéo mise hors contexte

Une recherche inversée d’images grâce à l’outil Invid permet de constater que la vidéo n’est pas récente.

En effet, on la retrouve dans cet article du site malien d’informations bamada.net, mais également sur cette publication Facebook de la page Police 24 du 5 février 2019.  

L’article de bamada.net renseigne que la vidéo montre des éléments de la Brigade spéciale d’intervention (BSI) de la police malienne à l'œuvre, lors d'une descente à la gare routière de Djikoroni Para, aussi appelée « Gare de Guinée », sise à Sebenikoro, dans la Commune IV du District de Bamako.

L’intervention s’inscrit dans le cadre de l’opération « coup-de-poing » déclenchée à la suite d’une série d’assassinats et de braquages dans la capitale malienne.

La même information a été rapportée par d'autres médias maliens (1, 2, 3). Sur la publication de Bamada.net, il est précisé que la page Facebook Ali24  revendique l’origine de la vidéo. Africa Check a donc contacté Ali Badra Diakité, manager de ladite page qui confirme avoir lui-même filmé la scène. 

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique