Retour sur Africa Check

Faux, le chef de la diplomatie malienne ne s'est pas rendu à Abidjan en pleine crise de « l’affaire des militaires ivoiriens détenus au Mali »

EN BREF -  L'extrait audio partagé dans la vidéo publiée par la page Facebook de Diawoye Diaby provient en réalité d’un reportage de la Radiodiffusion télévision ivoirienne sur la visite, le 10 décembre 2021, du ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop reçu en audience par le président ivoirien Alassane Ouattara. Une visite antérieure à l’interpellation des militaires ivoiriens au Mali en juillet 2022.

Le 10 juillet 2022, 49 soldats ivoiriens ont été interpellés à l’aéroport de Bamako par les autorités maliennes.

Le colonel Abdoulaye Maïga, ministre de l’Administration territoriale et porte-parole du gouvernement du Mali, avait alors annoncé les motifs de cette interpellation dans un communiqué lu à la télévision publique malienne : « (…) Il a été établi que les 49 militaires ivoiriens se trouvaient illégalement sur le territoire national du Mali. Par conséquent, ils ont été immédiatement interpellés et leurs armements, munitions et équipements ont été saisis ». 

Note de la rédaction : texte actualisé le 5 décembre 2022

Le colonel Abdoulaye Maïga a assuré les fonctions de Premier ministre malien par intérim pendant trois mois et demi, entre août et décembre 2022, en l’absence, pour raisons de santé, de Choguel Kokalla Maïga.

Dans un message diffusé sur son compte Twitter le 25 novembre 2022, le chef de gouvernement titulaire a affirmé qu’il avait recouvré la santé et était revenu « en pleine possession de (ses) capacités physiques et intellectuelles ». Le 4 décembre 2022, les autorités de transition ont annulé la décision nommant Premier ministre par intérim le colonel Maïga, qui a été promu ministre d'État, en plus d'être ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, selon un décret lu à l'antenne de la télévision publique ORTM. « À ce titre, il assure l'intérim du Premier ministre, chef du gouvernement, en cas d'absence, d'empêchement ou de vacance », stipule le même texte. Choguel Kokalla Maïga a annoncé avoir « repris service » le 5 décembre 2022 dans un message posté le même jour sur son compte Twitter.

Dans un communiqué publié le 14 août 2022, le procureur malien Samba Sissoko a annoncé que les 49 soldats ivoiriens ont été inculpés notamment « d’attentat et complot contre le gouvernement » et « d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État » et écroués. Trois femmes qui figuraient parmi eux ont été libérées le 3 septembre 2022. Les médias et analystes qui traitent ce dossier le surnomment parfois « l’affaire des militaires ivoiriens détenus au Mali ».

La Côte d’Ivoire, qui tente d’obtenir la libération de tous ses soldats, a affirmé et maintient que la présence de ces militaires sur le sol malien entre dans le cadre d'opérations de soutien logistique à la Minusma, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali.

C'est dans ce contexte de crise diplomatique entre les deux pays que, sur Facebook, la page Diawoye Diaby, suivie par quelque 700 000 personnes, a publié le 21 novembre 2022 une vidéo censée montrer une récente visite à Abidjan du ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop.

Capture d'écran de la publication

Ce film, qui dure 8 minutes et 36 secondes, cumulait près de 2 200 partages et plus de 311 000 vues au 28 novembre 2022. La vidéo est commentée en bambara, une des langues nationales parlées au Mali, par Seydou Oumar Traoré de la radio Baoulé FM, basée à Bamako.

À partir de 53e seconde de lecture, on entend un journaliste y expliquer que le président ivoirien Alassane Ouattara a reçu le ministre Abdoulaye Diop pour parler du chronogramme de la transition malienne, sans évoquer le sujet des militaires arrêtés au Mali. On y entend également un son dans lequel le ministre Diop, dont la voix est reconnaissable, explique les raisons de son déplacement en Côte d’Ivoire : « Je suis à Abidjan, porteur de message du président de la transition malienne, Son Excellence Assimi Goïta. Message adressé à Alassane Ouattara, président de la République de la Côte d'Ivoire, pour pouvoir lui présenter l'évolution de la situation au Mali... »

Une visite remontant à décembre 2021

Africa Check a cherché à connaître dans quelles circonstances le ministre Diop a tenu ces propos.

En examinant les occurrences de la recherche sur Google avec les mots-clés : « Visite Abdoulaye Diop Abidjan », nous retrouvons le lien d’une vidéo de la page Facebook officielle du gouvernement du Mali contenant cette déclaration, avec mention d’une date : le 10 décembre 2021.

Capture d'écran de la publication

« Le ministre des Affaires étrangères M. Abdoulaye Diop a été reçu en audience ce vendredi 10 décembre 2021 par le président de la République de Côte d'Ivoire, S.E. [Son Excellence, NDLR) M. Alassane Ouattara. Le chef de la diplomatie était porteur d’un message du président de la Transition, S.E.M. Assimi Goïta. Copyright : Présidence de la République de Côte d'Ivoire », a écrit le gouvernement du Mali dans la légende de cette vidéo d’une minute et 18 secondes.

Capture d'écran de la publication

L'extrait audio partagé dans la vidéo publiée par la page Facebook de Diawoye Diaby provient en réalité d’un reportage de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI, publique) sur cette visite de décembre 2021.

Capture d'écran de la publication

Il a été partagé sur Facebook le 10 décembre 2021 par la page officielle de la présidence ivoirienne, comme mentionné par le gouvernement malien.

Tout cela permet de constater que cette visite à Abidjan du ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop (décembre 2021) est bien antérieure à l’interpellation des militaires ivoiriens au Mali (juillet 2022), puis à leur inculpation et incarcération (août 2022).

Le son utilisé dans la vidéo de la page Facebook Diawoye Diaby est mis hors contexte.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique