Retour sur Africa Check

Faux, le président nigérien Mohamed Bazoum n’a pas assisté en tant que rebelle malien à une rencontre au Mali en 1991

EN BREF - La présence de Mohamed Bazoum à cette rencontre n'avait rien à avoir avec un titre ou une qualité de membre de mouvement rebelle malien. Bazoum y était en tant que secrétaire d'État nigérien à la Coopération auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération de son pays. Il a occupé ce poste de 1991 à 1993 durant la présidence du général Ali Saibou, comme l’indiquent des archives en ligne du  ministère des Affaires étrangères du Niger.

Le Premier ministre par intérim du Mali, le colonel Abdoulaye Maïga, s’est exprimé le 24 septembre 2022 aux Nations unies, dans le cadre de la 77e session de l’Assemblée générale de cette organisation mondiale.

Tous les pays membres de l’ONU sont représentés à cette rencontre, chacun y disposant d’une voix, ce qui, d’après les Nations unies, en fait « un forum unique de discussions multilatérales » sur de nombreuses questions internationales.

Dans son intervention, le colonel Abdoulaye Maïga a parlé de la relation entre le Mali et le Niger, pays voisins, en traitant d'étranger le président nigérien Mohamed Bazoum. « Nous savons que le peuple nigérien frère du Mali se distingue par des valeurs sociétales, culturelles et religieuses très riches. M. Bazoum n’est pas un Nigérien, son comportement nous réconforte totalement dans notre constat », a notamment déclaré le colonel Maïga.

C'est dans ce contexte qu'une ancienne vidéo où est censé apparaître Mohamed Bazoum est partagée sur les réseaux sociaux. L’actuel président nigérien y est présenté par certains internautes comme un ancien rebelle malien, d’autres remettant en cause sa nationalité nigérienne.

Un film de 3 minutes et 15 secondes a ainsi été partagé par la page Facebook intitulée Mali Koura WEBtv le 24 septembre 2022. Datant de 1991, il montre une séance de discussions à Mopti (centre du Mali) entre des délégués de mouvements rebelles maliens d’alors et des dirigeants militaires de l’époque conduits par Amadou Toumani Touré, surnommé ATT. Cet homme était alors lieutenant-colonel et président du Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP), junte militaire qui a renversé le pouvoir du président Moussa Traoré et dirigé le Mali de mars 1991 à juin 1992. 

Mali Koura WEBtv a accompagné sa vidéo du texte suivant : « Le premier ministre Abdoulaye Maïga a vu juste. Regardez bien cette vidéo, Bazoum en conclave ( au sein des mouvements rebelles du nord) à Mopti avec le président du CTSP Amadou Toumani. Date 1991» (sic). 

La page ne fournit cependant aucune indication de temps ou d’habits, notamment, pour permettre d’identifier l’actuel président nigérien. Mali Koura WEBtv se présente comme une chaîne de télévision.  Créée en mars 2021, elle a été enregistrée avec un numéro de téléphone malien. 

Capture d'écran de la publication

Sa publication avec la vidéo a été partagée plus de 7 300 fois avec plus de 800 commentaires au jeudi 29 septembre 2022. 

D'autres internautes ont fait des posts similaires (1, 2, 3, 4). 

Capture d'écran de la publication

Les recherches avec les mots clés « Bazoum à Mopti » sur Google nous ont permis de remonter à la plus ancienne publication de la vidéo sur Facebook. Elle a été mise en ligne le 28 décembre 2019 par un internaute identifié comme Abdoulkarim Hamani. Nous pouvons voir qu’il s’agit du même film, avec la même durée : 3 minutes 15 secondes, assorti du texte suivant : « Rencontre ATT rebelles maliens à Mopti en 1991,suivez bien à partir de la 42 seconde » (sic). 

Secrétaire d’État à la coopération du Niger

Nous avons fait une recherche inversée avec des captures de la séquence, les résultats n’ont pas permis de remonter à l’origine du film. 

Cependant, les recherches avec les mots clés « Bazoum à Mopti » sur Google nous ont permis d'avoir des informations sur la vidéo. 

Il s’agit d’un extrait d’un journal d’information de la télévision publique malienne datant de décembre 1991. 

La personne apparaissant à l’image à partir du temps indiqué par l’internaute Abdoulkarim Hamani est reconnaissable comme Mohamed Bazoum, selon le journaliste qui a vérifié la vidéo. 

Toutefois, d’après les résultats de la vérification, sa présence à cette rencontre n'avait rien à avoir avec un titre ou une qualité de membre de mouvement rebelle malien. Mohamed Bazoum était présent à cette rencontre en tant que secrétaire d'État nigérien à la Coopération auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération de son pays. Il a occupé ce poste de 1991 à 1993 durant la présidence du général Ali Saibou, comme l’indiquent des archives en ligne du  ministère des Affaires étrangères du Niger.

Capture d'écran de la publication

La justice a confirmé la nationalité nigérienne de Bazoum

Au Niger, la suspicion sur la nationalité de Mohamed Bazoum avait déjà alimenté une polémique lorsqu’il était candidat à l’élection présidentielle de décembre 2020. Certains de ses adversaires en lice avaient demandé que des pièces de son dossier de candidature relatives à sa naissance soient déclarées fausses.

La Cour constitutionnelle nigérienne a définitivement tranché la question peu avant ce scrutin.  

Elle a d’abord rendu un premier arrêt le 8 décembre 2020, rejetant la requête comme « non fondée ». Elle a ensuite rendu un second arrêt en date du 17 décembre 2020, déclarant la demande « irrecevable ».

Certains concurrents de Mohamed Bazoum à la présidentielle contestaient notamment l’authenticité de la copie de son extrait de jugement supplétif versé à son dossier de candidature. « Un ‘jugement supplétif’ est la décision que prend un tribunal pour remplacer un acte authentique, soit que son établissement fût obligatoire et qu'il n'a pas été dressé, soit qu'il ait été détruit », est-il expliqué sur le site spécialisé Dictionnaire du droit privé.

Les allégations selon lesquelles l’actuel président nigérien a assisté en qualité d’ancien rebelle malien à une rencontre en 1991 au Mali entre autorités de transition et mouvements irrédentistes maliens sont donc fausses.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique