Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Iran : cette image est antérieure à l’accident d'hélicoptère dans lequel le président Ebrahim Raïssi est mort en mai 2024 

EN BREF -  L’image vérifiée montre le crash d’un avion de la police iranienne en avril 2020.

Le 20 mai 2024, les autorités iraniennes ont annoncé la mort du président Ebrahim Raïssi et du ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian dans le crash d'un hélicoptère survenu la veille, le 19 mai 2024. Le président iranien revenait d’une rencontre avec son homologue azéri, Ilham Aliev, à l’occasion de l’inauguration d’un barrage sur la rivière Araxe, le long de la frontière séparant l'Azerbaïdjan, au nord, de l'Iran, au sud.

Sur Facebook, la page VIC l’Africain s’est fait l’écho de cet accident à travers une publication illustrée d’un montage de deux photos. Cette publication date du 20 mai 2024 et apparaît également ici, ici et ici sur le réseau social.

La première, celle disposée en haut du photomontage, montre certaines des personnes mortes dans le crash d'hélicoptère du président dans lequel est mort le président iranien Ebrahim Raïssi. On reconnaît, à l’image, le gouverneur de la province d'Azerbaïdjan oriental Malek Rahmati, l'Imam de Tabriz Mohammad Ali Alehashem, le président Ebrahim Raissi, le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian et une personne, portant une tenue militaire, dont Africa Check n’a pas pu retrouver l’identité.

 C’est la deuxième image de ce photomontage que nous vérifions dans cet article. Elle montre les débris d’un avion sur lequel on remarque un drapeau iranien. Mais nos vérifications ont permis de démontrer que cette image n’a rien à voir avec le crash d’hélicoptère évoqué ci-dessus. 

Capture d'écran de la publication

Le crash d’un avion de la police iranienne en 2020

La recherche inversée d’images que nous avons effectuée en utilisant le logiciel TinEye, nous a permis de retrouver cette image, dans une publication X du Croissant-Rouge iranien (IRCS), datant du 22 avril 2020, et évoquant le crash d’un avion de la police iranienne à Mazandaran, une province du nord de l’Iran.

Capture d'écran de la publicationCapture d'écran de la publication

« Un avion d'entraînement des forces de l'ordre s'est écrasé autour de la forêt du Motel Ghoo, dans la province de Mazandaran. Le porte-parole de la police iranienne, le général de brigade Ahmad Noorian, a déclaré que l'accident avait coûté la vie à deux personnes à bord de l'avion », peut-on lire dans une dépêche de l’agence de presse iranienne Mehr datant du 22 avril 2020. 


Article édité par Dieynaba Thiombane et Valdez Onanina.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique