Retour sur Africa Check

Inondations à Yagoua, dans l’Extrême-Nord du Cameroun : les eaux ne proviennent pas du lac Tchad

EN BREF - Les eaux ayant inondé la ville Yagoua, au Cameroun, ne provenaient pas du lac Tchad, plutôt loin de la zone. Ces inondations auraient plutôt été nourries par des débordements du Danay, un bras de la rivière Logone, ou du lac Wina-Guéré, alimenté par la même rivière, d'après des experts interrogés par Africa Check.

Le Cameroun a enregistré depuis juin 2022 de fortes pluies, qui se sont intensifiées en août 2022. Ces précipitations accompagnées de crues de cours d’eau ont causé des inondations dans plusieurs localités de la région de l’Extrême-Nord, frontalière du Tchad et du Nigeria.

À la fin du mois d’août 2022, les débordements d’eaux avaient été enregistrés « dans une vingtaine de localités » situées dans deux départements de cette région : le Mayo-Danay et Logone-et-Chari, selon un rapport de situation d’Ocha, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs) au Cameroun. À cette date, les inondations avaient affecté dans ces deux départements près de 23 000 personnes, avec un « bilan provisoire » incluant pour la même période deux décès, « plus de 1 500 hectares de champs inondés, environ 2 700 animaux morts ou emportés par les eaux » entre autres malheurs, est-il indiqué dans le document consulté par Africa Check, daté du 4 octobre 2022 et accessible en ligne.

Yagoua, chef-lieu du département  de Mayo-Danay, fait partie des zones sinistrées, ont rapporté notamment le quotidien gouvernemental Cameroon-Tribune et le site d’information Actu Cameroun (privé).

Dans ce contexte, la page Facebook Haman Cameroun Officiel a publié le 21 septembre 2022 des images présentées comme celles d’inondations dans plusieurs quartiers de Yagoua.

« Où est passée la DIGUE de YAGOUA ? Ici il s'agit de l'inondation dans la ville de Yagoua précisément dans les quartiers, Goboïssou, Kaskao, Danayré, terrain municipal et deux écoles primaires et maternelles », a écrit l’auteur de la page dans la publication assortie de trois photos (texte reproduit tel qu’écrit, NDLR). « C'est l'eau du Lac Tchad qui se déverse dans la ville par manque des voies de canalisation », a-t-il ajouté.

Le lac Tchad est à cheval entre le Tchad, le Niger, le Nigeria et le Cameroun. Le bassin de cette vaste étendue d’eau « représente une source d’eau importante et vitale partagée plus de 40 millions d’habitants », ont estimé plusieurs universitaires africains dans un article intitulé « La sauvegarde du bassin du lac Tchad, un enjeu régional majeur ». Ce texte commun a été publié par le site The Conversation le 3 février 2022.

Les images d’illustration sont-elles des photos des inondations à Yagoua ? L’eau du lac Tchad s’est-elle déversée dans cette ville ? Africa Check a posé ces questions à l’auteur de la publication sur Facebook, qui a recommandé à notre organisation de faire la vérification.

Capture d'écran de la publication

La recherche inversée d’images avec les moteurs Bing, Yandex et TinEye n’a pas permis de retrouver des occurrences de ces photos. Les résultats de la recherche avec Google renvoient à la publication que nous vérifions. 

Africa Check a sollicité l’éclairage du journaliste camerounais Sylvain Tourna, qui vit et travaille dans le département du Mayo-Danay pour le journal L’Oeil du Sahel. Selon lui, ces images sont bien celles de Yagoua, mais les eaux d'inondations ne proviennent pas du lac Tchad. 

« Ce n'est pas l'eau du lac Tchad », car ce grand lac « est à plus de 300 km de Yagoua », a expliqué Sylvain Tourna. Pour lui, les eaux ayant inondé Yagoua pourraient plutôt provenir du Danay, un bras de la rivière Logone, ou alors du lac Wina-Guéré, alimenté par la même rivière.

Le Camerounais Labassou Hotina, délégué départemental de l’Eau et de l'Energie du Mayo-Danay, a également affirmé à Africa Check que les eaux ayant inondé Yagoua n’étaient pas celles du lac Tchad.

« C’est plutôt l’eau du Logone à travers son défluent (bras né de la la division des eaux d'un cours d'eau, NDLR) qui est le Mayo-Danay. C’est le Mayo-Danay qui traverse Yagoua, et c’est lui qui s’est déversé dans les quartiers périphériques situés le long des berges », a-t-il déclaré. 

Outre la distance, d’après les explications de Labassou Hotina, le sens de l’écoulement jusqu’au lac Tchad exclut la possibilité qu’il inonde Yagoua.

Le Logone est un des affluents du fleuve Chari. Ce sont, à eux deux, les principaux cours d’eau qui alimentent le lac Tchad.

« Le lac Tchad est très loin » de la ville de Yagoua, ce sont « même plutôt les eaux du Logone et du Chari qui cheminent (vers le) lac Tchad et non l’inverse », a souligné Labassou Hotina. 

En clair, ce sont les eaux du Logone qui vont vers le lac Tchad, a résumé Kossoumna Libaa Natali, géographe camerounais et chef du département de météorologie et climatologie de l’Université de Maroua. Maroua est le chef-lieu de la région de l’Extrême-Nord.

« Le lac Tchad est le vase qui reçoit, plutôt. Il a un point de côté topographique bas », a ajouté Kossoumna Libaa Natali. Un éventuel retour des eaux du lac Tchad vers le Logone serait possible si l’eau continuait de se déverser dans le lac au point de le remplir, « et ce n’est pas encore le cas » à ce stade, a précisé le géographe. Cependant, a-t-il souligné, les pluies ont été soutenues et abondantes tout le long des mois de juillet, août et septembre 2022, causant les inondations dans toute la vallée du Logone. « Malheureusement les chiffres exacts sur la pluviométrie sont difficiles à obtenir faute de compilation instantanée au niveau local, régional et national », a dit le spécialiste.

Mohammed Abdel Halim Njoya, camerounais, chef de la station météorologique de Yagoua, a également écarté la possibilité de voir Yagoua inondée par les eaux du lac Tchad. Cette situation est plutôt liée aux pluies abondantes et aux eaux du Logone, a-t-il indiqué, en se fondant sur des relevés de ses services. 

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique