Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Kenya : cette image ne montre pas la rupture du barrage Old Kijabe, en avril 2024

EN BREF - Cette image a été prise le 10 mai 2018. Elle montre des rives brisées du barrage de Patel, près de Solai, dans la vallée du Rift au Kenya.

Le 29 avril 2024, plus de 40 personnes ont été tuées au Kenya après la rupture du barrage Old Kijabe, situé dans la zone de Mai Mahiu de la région de la Grande Vallée du Rift, qui est sujette à des inondations soudaines

« Lors de la rupture du barrage, des tonnes de rochers, de boue et d'arbres accumulés ont alors déferlé, balayant de nombreux villages en aval. Des véhicules se sont également enchevêtrés dans les débris sur l'une des autoroutes les plus fréquentées du Kenya », peut-on lire dans cet article du média Euronews

Des pluies diluviennes s'abattent sur le pays depuis la mi-mars 2024 et les autorités ont indiqué que le phénomène climatique El Niño, qui touche de nombreux pays de l’Afrique de l’Est, n'y est pas étranger. 

La publication en cause 

C’est dans ce contexte que le 29 avril 2024, la page Facebook Tout sur l’Afrique a fait une publication qui met en avant une image censée montrer l’effondrement du barrage Old Kijabe au Kenya. 

Capture d'écran de la publication

 

La publication a été également partagée ici sur le réseau social.

Les rives brisées du barrage de Patel au Kenya, en mai 2018

La recherche inversée d’images que nous avons effectuée à partir du logiciel TinEye nous a permis de découvrir que cette image n’a pas été filmée après la rupture du barrage Old Kijabe au Kenya, en avril 2024.

Nous avons retrouvé cette image dans la banque d’images en ligne Alamy (numéro de référence 2MNC3EF). Elle a été prise par un correspondant pour l’Associated Press (AP), le 10 mai 2018. D’après sa légende, elle montre des personnes rassemblées devant les rives brisées du barrage de Patel, près de Solai, dans la vallée du Rift au Kenya, le jeudi 10 mai 2018 ».

Capture d'écran de la publication

 

Dans la nuit du mercredi au jeudi 10 mai 2018, la ville de Nakuru a été le théâtre de la rupture d’un barrage qui a libéré des torrents d'eau. Au moins 48 personnes ont été tuées dans ce drame. 


Article édité par Dieynaba Thiombane et Valdez Onanina.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique