Retour sur Africa Check

Mali : cette image ne montre pas un avion de la compagnie Sahel Aviation Service

« Les autorités aéroportuaires maliennes ont sommé la compagnie aérienne SAS (Sahel Aviation Service) d'expulser toutes les forces étrangères dans l'enceinte de l'aéroport international Modibo Keïta (de) Bamako-Sénou, dans un délai de 72 heures à compter de ce mardi 02 août 2022 », peut-on lire dans une publication sur Facebook illustrée par l’image d’un avion portant les initiales SAS. 

Cette publication a été faite par Maninka TV, une page qui se présente comme une société de médias/actualités. Les informations relatives à la transparence de la page montrent qu’elle a été créée le 25 juillet 2021. avec un numéro de téléphone mobile malien comme coordonnées.

Selon le site Internet de SAS, la compagnie  existe depuis 1988 et effectue des rotations pour des compagnies minières, des vols pour particuliers aisés ainsi que des frets « dans toute l’Afrique de l’Ouest ». D’après la presse internationale, la base de Sahel Aviation Service à l’aéroport international de Bamako sert « de hub logistique à des soldats étrangers, de l'ONU notamment ». 

Le texte de la page Maninka TV est publié quelques semaines après que 49 militaires ivoiriens ont été arrêtés au Mali, le 19 juillet 2022, et accusés par le gouvernement malien d'être des « mercenaires » envoyés pour troubler « l'ordre constitutionnel » du pays. 

Capture d'écran de la publication

L'avion n'appartient pas à la compagnie citée

Capture d'écran de la publicationUne recherche inversée d’image permet de voir que la photo publiée sur cette page Facebook n’est pas celle d’un avion de la compagnie SAS. L’appareil appartient à la compagnie scandinave Scandinavian Airlines System ayant également pour sigle SAS, d’après Planespotters, une base de données ouvertes de l’aviation civile. 

« Plane spotters » signifie « Guetteurs d’avions » en français. Ce site, enregistré à Berlin et alimenté par des contributeurs, revendiquait plus d’un million de photos d’avions et des informations sur plus de 7 000 compagnies aériennes au 25 août 2022. 

L’image utilisée dans la publication de Maninka TV est également visible sur la page Facebook de la compagnie aérienne scandinave.  Sur son site, la compagnie précise qu’il s’agit d’un Airbus A320NEO/A321LR.

Cependant, les autorités maliennes ont, dans un courrier officiel daté du 1er août 2022, ordonné à Sahel Aviation Service le départ des forces étrangères présentes dans les locaux de la compagnie, à l’intérieur de l’aéroport international de Bamako. La sommation donnait un délai de soixante-douze heures à SAS à compter du mardi 2 août 2022. 

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique