Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Nigeria : cette image n’a aucun lien avec les affrontements entre agriculteurs et bergers en mai 2023 dans le centre du pays

EN BREF - La photo montre « des enfants marchant devant une maison carbonisée dans la ville reculée de Baga, au nord-est du Nigeria, le 21 avril 2013 après deux jours d'affrontements entre des officiers de la Force opérationnelle interarmées et des membres de la secte islamiste Boko Haram.

Le 17 mai 2023, la page Facebook Burkina Info TV a publié une image montrant deux enfants filmées devant des maisons détruites par le feu. L’image est accompagnée d’un texte évoquant des affrontements, en mai 2023, entre agriculteurs et bergers au Nigéria.

« Plus de 30 personnes ont été tuées au Nigeria dans des affrontements qui ont opposé des agriculteurs et des bergers dans des villages de l’Etat du Plateau, a indiqué mardi un responsable local », peut-on lire à travers cette publication. 

Capture d'écran de la publication

La page Burkina Info Tv se présente comme un média. Elle a été créée le 2 mai 2015 et est gérée depuis le Burkina Faso et le Japon.

Capture d'écran de la publication

Une autre page Facebook du nom de MONDE TV Africa a fait la même publication à la même date (17 mai 2023). 

Contexte 

Plus d’une centaine de personnes ont été tuées au Nigeria après des jours de combats entre agriculteurs et bergers dans des villages du district de Mangu, dans l'État du Plateau (centre du pays). Ces affrontements ont éclaté dans la nuit du 15 au 16 mai 2023 sur fond de tensions autour de l’exploitation de la terre et des ressources en eau, selon cet article du média français Le Figaro.  

Photo prise au Nigeria en avril 2013

En effectuant une recherche d’image inversée à partir du logiciel TinEye, nous avons retrouvé des détails sur l’origine de cette photographie. 

Elle apparaît dans une publication de la banque d’images en ligne Getty Images. D’après les informations contenues dans la légende de cette photo, elle montre « des enfants marchant devant une maison carbonisée dans la ville reculée de Baga, au nord-est (Nigeria), le 21 avril 2013 après deux jours d'affrontements entre des officiers de la Force opérationnelle interarmées et des membres de la secte islamiste Boko Haram, le 19 avril ».  Baga est une ville nigériane située près du lac Tchad, à 200 km au nord de Maiduguri, dans l'État de Borno. 


La photo a été prise par un correspondant de l'Agence France Presse.

D’autres recherches nous permettent de voir que cette image apparaît également, sur le site web du média américain NBC news, dans un article intitulé : « Attaque meurtrière de Boko Haram à Baga : récits des survivants. L'histoire complète d'une attaque qui a tué jusqu'à 2 000 personnes commence seulement à émerger » (traduit de l’anglais au français). L’image n’a donc aucun rapport avec l’attaque à Mangu de mai 2023.

Au sujet du massacre de Baga au Nigeria

Baga est une localité située dans l’État de Borno (nord-est du Nigéria) dont la capitale est Maiduguri, une ville occupée depuis plusieurs années par Boko Haram, un groupe islamique armé qui promeut la mort de la culture occidentale et la revalorisation de celle musulmane. 

En avril 2013, au moins 200 personnes ont été tuées à Baga lors d’une violente opération militaire contre des bases de Boko Haram. L’armée nigériane qui a échangé des tirs contre le groupe islamiste avait été accusée d’avoir brûlé des habitations de civils. 

« Des habitants de Baga ont indiqué que des soldats ont saccagé la ville après que le groupe islamiste armé Boko Haram eut attaqué une patrouille militaire et tué un soldat. Des chefs de communautés locales ont précisé que tout de suite après l'attaque, ils ont dénombré 183 corps de victimes et près de 2 000 maisons incendiées. Les images satellites analysées par Human Rights Watch corroborent ces témoignages et permettent de dénombrer 2 275 bâtiments détruits, dont une grande majorité d’habitations,  ainsi que 125 autres immeubles gravement endommagés », selon un rapport de l’Organisation de défense des Droits de l’Homme Human Right Watch publié le 1er mai 2013. 

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique