Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Nigéria : cette image ne montre les otages du groupe Boko Haram sauvés par l'armée en mai 2024

EN BREF -  Cette image est une capture d'écran d’une vidéo du groupe islamiste nigérian Boko Haram obtenue par l'Agence France-Presse en mai 2014. Elle montre les filles de Chibok, du nom des lycéennes qui avaient été enlevées dans un lycée public à Chibok, dans le nord-est du Nigéria, par des hommes de Boko Haram.

Le 21 mai 2024, l'armée nigériane a déclaré avoir apporté son secours à des centaines d'otages retenus en captivité par des personnes appartenant au groupe islamiste Boko Haram, au cours d'une opération militaire d'une journée dans la forêt de Sambisa, dans le nord-est du Nigéria. 

«  Les 350 otages étaient détenus dans la forêt de Sambisa, un repaire du groupe extrémiste qui a lancé une insurrection en 2009 », a déclaré le général de division Ken Chigbu, un officier supérieur de l'armée nigériane. 

C’est dans ce contexte que, le 22 mai 2024, la page Facebook Sauvé Faso a fait une publication sur cette opération de l’armée nigériane. La publication est illustrée d’une image sur laquelle on voit plusieurs femmes voilées, assises à même le sol. 

Capture d'écran de la publication

 

Image des « lycéennes de Chibok » issue d’une vidéo prise en 2014 par Boko Haram 

La recherche inversée d’images que nous avons faite en utilisant le logiciel TinEye, nous a permis de retrouver cette image dans la banque d’images en ligne de l’Agence France-Presse (AFP). Selon les résultats de la recherche, l’image a été prise le 12 mai 2014. 

« Une capture d'écran prise le 12 mai 2014 à partir d'une vidéo du groupe extrémiste islamiste nigérian Boko Haram obtenue par l'AFP montre des filles portant un hijab complet et priant dans une zone rurale inconnue. (...)  », peut-on lire sur la légende sous l’image. 

Capture d'écran de la publication


Le 14 avril 2014, 276 lycéennes ont été enlevées dans la ville de Chibok, dans le nord-est du Nigéria, par des hommes de Boko Haram.

D’après la BBC, « cinquante-sept d’entre elles s’enfuient peu après. Puis, entre 2016 et 2018, 108 autres personnes ont été secourues par l’armée ou libérées grâce à des négociations ». En avril 2024, des dizaines d’entre elles étaient toujours portées disparues


Article édité par Dieynaba Thiombane et Valdez Onanina.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique