Retour sur Africa Check

Présidentielle en Mauritanie : faux, la police de Nouakchott n’a pas tué 4 personnes

Les Mauritaniens sont allés aux urnes le 22 juin 2019 pour élire leur nouveau président, le successeur de Mohamed Ould Abdel Aziz à qui la constitution ne permet pas de se présenter une nouvelle fois après deux mandats à la tête de son pays.

Mohamed Ould Ghazouani, « Le candidat du pouvoir », ancien chef d’état-major et ministre de la défense, a été déclaré vainqueur au premier tour de cette présidentielle – avec 52 % des voix – par la Commission électorale.

Les quatre candidats de l’opposition ont récusé ces résultats dont l’annonce a suscité des manifestations à Nouakchott, la capitale mauritanienne, mais aussi à Nouadhibou.

Sur Facebook, la page Afrika Pulaar Television a publié, au lendemain du scrutin, une photographie sur laquelle on voit un homme couché, le dos au sol. La photographie est accompagnée de la mention : URGENT: mauritanie déjà 4 morts par la police à Nouakchott ». (Sic)


Pas de morts signalés


Jusqu’ici, (30 juin 2019), aucune mort relative à ces heurts n’a été signalée par les médias locaux y compris l’Agence mauritanienne d’information (AMI). Au 30 juin 2019, la dernière dépêche de l’AMI sur la présidentielle est datée du 23 juin 2019.

Aussi, aucun média international comme Le Monde, Jeune Afrique ou l’Agence France Presse (AFP) n’a rapporté, dans ces récents articles, la mort de quatre personnes tuées par la police de Nouakchott.

Sur les antennes de la radio RFI, l'ONG Amnesty International a récemment dit sa préoccupation par rapport à la situation post-électorale en Mauritanie sans toutefois mentionner des morts.

Du côté des candidats présumés vaincus, aucune déclaration publique sur des personnes tuées dans ces manifestations n’a également été enregistrée à cette date.

Toutefois, Africa Check n’a pas pu retracer l’origine de la photo publiée par la page Afrika Pulaar Television.

Valdez Onanina (30.09.2019)

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique