Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Cette photo n’a pas été prise après un attentat-suicide en septembre 2023 à Beledweyne, en Somalie, mais en octobre 2017 à Mogadiscio

EN BREF – La photo de la publication vérifiée n’est pas une scène de septembre 2023 à Beledweyne, dans le centre de la Somalie. Elle a été prise par un collaborateur de l’Agence France-Presse (AFP) à Mogadiscio, la capitale de ce pays éprouvé depuis des années par des attaques sanglantes.

Sur Facebook, Africa24 TV, la page de la chaîne de télévision Africa24, a publié le 23 septembre 2023 un texte accompagné d’une photo sur un attentat-suicide commis le même jour en Somalie.

Contexte

Cette attaque au camion piégé a été perpétrée le samedi 23 septembre 2023 à Beledweyne (autre orthographe : Beled Weyne), dans le centre de la Somalie. La zone visée est un quartier de commerces et immeubles résidentiels, selon plusieurs médias internationaux.

« L’attentat-suicide a été perpétré au moyen d’un camion bourré d’explosifs lancé contre un checkpoint. La déflagration a provoqué des dégâts considérables sur les bâtiments alentour, dont certains se sont effondrés », peut-on notamment lire dans un article publié le 24 septembre 2023 par le journal français Le Monde, citant l’Agence France-Presse (AFP).

Selon le dernier bilan communiqué par la police somalienne, 21 personnes ont péri dans l’attaque, et plus de quarante ont été blessées.

L’attaque n’avait pas été revendiquée au moment où nous publions cet article.

Depuis 2007, la Somalie est la proie d’attaques sanglantes revendiquées par le groupe islamiste shebab ou attribuées à ces shebabs.

Sur la publication d’Africa24 TV

« 🇸🇴#Somalie, un attentat suicide perpétré avec un camion rempli d'explosifs lancé sur un checkpoint a causé la mort de 13 personnes et blessé 20 autres, ce samedi 23 septembre », peut-on lire dans le texte évoqué sur la page Facebook Africa24 TV.

Il est accompagné d’une photo en mode paysage montrant plusieurs dizaines de personnes sur un site jonché de carcasses de véhicules, de gravats, avec quelques bâtiments aux murs soufflés ou à la toiture endommagée.

Capture d'ecran 01 Meta check relu CS Somalie-attaque-suicide

Sur Africa24 TV

Comme mentionné plus haut, Africa24 TV est la page Facebook de la chaîne de télévision Africa24.

Dans sa présentation (la partie Intro), elle indique que ce média est « la première chaîne d'informations pour l’Afrique » et met clairement le lien de son site.

Créée le 2 septembre 2010, la page est gérée depuis le Cameroun et la France, comme renseigne sa transparence.

Capture d'ecran 02 Meta check relu CS Somalie-attaque-suicide
Capture d'ecran 02 bis Meta check relu CS Somalie-attaque-suicide

Une photo datant d’octobre 2017

La recherche sur la photo utilisée dans la publication vérifiée montre qu’elle n’a pas été prise après l’attentat-suicide du 23 septembre 2023 à Beledweyne.

Nous avons notamment utilisé l’outil de recherche visuelle de Bing, moteur de recherche de Microsoft, ainsi que le logiciel de recherche inversée d’images TinEye.

Les résultats ont permis de remonter à une photo prise le 15 octobre 2017 à Mogadiscio, la capitale somalienne, et signée de Mohamed Abdiwahab pour l’AFP.

Nous l’avons retrouvée sous le numéro 861541292 dans les archives de Getty Images, agence américaine de photos et banque d’images.

Selon la légende, la photo a été prise par Mohamed Abdiwahab le 15 octobre 2017 au lendemain d’un attentat-suicide meurtrier à Mogadiscio. Elle « montre une vue générale de la scène de l’explosion d’un camion piégé dans le centre de Mogadiscio ». La veille, « le 14 octobre 2017, un camion piégé (avait) explosé à l’extérieur d’un hôtel situé à un carrefour très fréquenté de Mogadiscio, la capitale somalienne, causant une dévastation généralisée », peut-on y lire.

Il s’est agi en réalité d’un double attentat commis ce jour-là, car une seconde explosion ayant visé peu de temps après un quartier proche.

(Pour les captures d’écran ci-dessous, nous avons utilisé une traduction automatique de l’anglais vers le français faite par Bing.)

Capture d'ecran 03 Meta check relu CS Somalie-attaque-suicide
Capture d'ecran 05 Meta check relu CS Somalie-attaque-suicide
Capture d'ecran 06 Meta check relu CS Somalie-attaque-suicide

Depuis 2017, cette photo de Mohamed Abdiwahab a été utilisée par plusieurs sites et médias (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9).

Vous pouvez lire d’autres articles portant sur l’attaque au camion piégé du 23 septembre 2023 à Beledweyne dans notre page consacrée à la vérification de publications sur les réseaux sociaux.


Lire « Somalie : cette photo date de décembre 2019 et n’a aucun lien avec l'attentat-suicide du 23 septembre 2023 à Beledweyne » et « Somalie : cette photo n’est pas liée à l'attentat-suicide du 23 septembre 2023 à Beledweyne »


Plus de 500 morts dans l’attentat-suicide du 14 octobre 2017 à Mogadiscio, « trop atroce »

L’attaque-kamikaze du 14 octobre 2017 à Mogadiscio est l’un des pires enregistrés en Somalie, d'après des témoignages.

Il a fait 512 morts, selon le dernier bilan communiqué le 1er décembre 2017 (en anglais) par un comité spécialement créé par les autorités pour établir le nombre de victimes, le Zobe Rescue Committee. À la même date, ce comité avait recensé 312 blessés et 62 personnes portées disparues.

Mohamed Abdiwahab est revenu sur les circonstances dans lesquelles il a été amené à prendre cette photo, dans un témoignage publié le 20 octobre 2017 par l’AFP sur son blog, AFP - Making-of.

(Pour la narration ci-dessous, nous conservons le présent de l’indicatif utilisé dans les citations et y recourons également pour le récit, NDLR.)

Le jour de l’attentat-suicide, un samedi, « a commencé de la meilleure façon possible. J’ai emmené mes deux fils, trois et cinq ans, pour se promener. Ma femme est enceinte et ne se sent pas très bien. Je voulais la laisser un peu au calme ».

Le photographe et ses garçons empruntent un touk-touk (ou tuk-tuk), tricycle motorisé utilisé pour le transport en commun dans certains pays, pour « aller acheter quelque chose aux garçons » dans une zone commerçante de la ville, en passant par des chemins familiers.

« Comme d’habitude, le trafic était infernal. Nous étions donc coincés à environ un kilomètre du rond-point. D’un coup, le touk-touk a tremblé. Et le sol avec lui. De la poussière a envahi l’air. Les gens ont commencé à hurler, et certains à courir. Personne n’a compris ce qui se passait. Mais à en juger par le son, l’explosion avait eu lieu au carrefour », raconte Mohamed Abdiwahab. « Là, j’ai attrapé mes fils par la main et nous avons fui. Ils étaient en état de choc. Je leur répétais : ‘Tout va bien, tout va bien’, en regardant autour de moi. J’avais mon appareil photo, il fallait que j’aille à l’endroit de l’explosion, mais je ne pouvais pas abandonner mes enfants pour autant. »

Le journaliste confie ses garçons à une commerçante qu’il connaît, Mama Sara, et fonce sur le site de l’explosion.

« On ne voyait pas grand-chose à cause de toute la poussière dans l’air. Ça ressemblait à un brouillard. Les gens criaient, couraient en tous sens », poursuit-il, décrivant des scènes insoutenables et un grand chaos. « Tout brûlait. Nous étions un samedi après-midi, et le carrefour devait être bondé. »

Capture d'ecran 07 Meta check relu CS Somalie-attaque-suicide

L’homme, qui a commencé à travailler comme photographe à Mogadiscio depuis 2009, avait auparavant « couvert des centaines d’attentats » et a été blessé dans l’un d’eux. Mais celui du 14 octobre 2017, « c’était trop atroce. Trop atroce ». « Je me suis un peu écarté pour capturer des plans larges de la scène. Et puis j’ai passé mon appareil autour du cou pour aller aider les gens », confie Mohamed Abdiwahab. « J’ai vu des centaines d’explosions en huit ans (depuis 2009, NDLR), mais jamais une chose pareille. »


Article complété et édité par Coumba Sylla.

 

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique