Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Ce photomontage ne montre pas des frappes aériennes de l’armée américaine sur des sites en Syrie 

EN BREF - Ce montage photo est constitué de deux images prises respectivement au Yémen en janvier 2018 et dans la bande de Gaza en juillet 2018. 

Remarque - Cet article porte sur des faits d'actualité. Les informations qu'il contient étaient, dans la mesure du possible, correctes au moment de sa publication, mais certaines d'entre elles peuvent avoir évolué au fil du temps.

 

Sur Facebook, une publication de la page KHS Mag datant du 27 octobre 2023 prétend montrer des images de « l'armée américaine menant plusieurs frappes aériennes sur deux sites dans l’est de la Syrie ». 

La publication contient un photomontage de deux photos mises l’une à côté de l’autre. Sur les deux images on distingue ce qui ressemble à de grandes flammes de feu et à de la fumée montant vers le ciel. 

Sur le texte de la publication, on peut lire la mention @jacksonhinklle pouvant suggérer qu’il s’agit de l’auteur ou de la source de cette publication.

Jackson Hinkle est connu comme étant un influenceur américain sur les réseaux sociaux. L’Américain, très suivi sur X où il totalise plus de deux millions d’abonnés, est très connu pour ses nombreuses publications - souvent fausses, souvent choquantes - en lien avec le conflit israélo-palestinien. Polémiste, Hinkle est à l’origine de nombreuses fausses nouvelles sur ce conflit selon plusieurs médias. (1,2,3). 

Capture d'écran de la publication


Contexte de la publication que nous vérifions

Le 27 octobre 2023, le jour même où la publication que nous examinons a été faite, le président américain Joe Biden a ordonné le lancement de frappes aériennes sur Abu Kamal, une ville de l’est de la Syrie, à la frontière avec l’Irak. 

« Ces frappes d’autodéfense de précision sont une réponse à une série d’attaques contre le personnel américain en Irak et en Syrie par des milices soutenues par l’Iran. Ces attaques soutenues par l’Iran contre les forces américaines sont inacceptables et doivent cesser », a indiqué le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, dans un communiqué publié la veille.

Les forces américaines ont été ciblées par au moins 40 attaques distinctes de drones et de roquettes lancées par des milices soutenues par l'Iran en Irak et en Syrie depuis le 7 octobre 2023, une date marquée par l’attaque du Hamas contre Israël, selon Reuters.

Vérification

En procédant à une recherche inversée d’images effectuée avec le logiciel TinEye, nous avons pu retrouver des détails sur ce photomontage. 

Une image montrant une explosion d’un dépôt d’armes au Yémen en 2018

L’image à gauche sur le photomontage figure ici, sur le site de la banque d’images de l’agence de presse Reuters.

Capture d'écran de la publication

 

« Un dépôt d'armes des Houthis explose après avoir été touché par des frappes aériennes à Sanaa, Yémen, le 31 janvier 2018 », est-il indiqué dans la légende de cette image qui a été réalisée par Khaled Abdullah pour Reuters. 

Capture d'écran de la publication
À gauche, une capture d'écran de cette photo effectuée à partir de la publication que nous vérifions. À droite, la version originelle de cette même photo, téléchargée à partir de la photothèque de Reuters. 

 

Une image montrant des explosions dues aux bombardements israéliens dans le sud de la bande de Gaza en 2018

Capture d'écran de la publication

 

La seconde image, à droite sur le photomontage, apparait dans les archives de l’Agence France-Presse (AFP), dans une publication portant sur le conflit Israélo-palestinien : « Une photo prise le 20 juillet 2018 montre des explosions dues à un bombardement israélien à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza », indique sa légende. La photo a été prise par le photographe Said Khatib pour l’AFP. 
 

Capture d'écran de la publication
À gauche, une capture d'écran de cette photo effectuée à partir de la publication que nous vérifions. À droite, la version originelle de cette même photo, téléchargée à partir de la photothèque de l'AFP. 

Article édité par Valdez Onanina.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique