Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Cette vidéo ne montre pas l'expulsion de Tunisiens par la Guinée

EN BREF - Il s'agit d'une vidéo datant de 2022 filmée en Côte d’Ivoire. Elle a été filmée lors d'une saisie de deux tonnes de cocaïne par les autorités ivoiriennes.

La Guinéele Malila Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, puis, dernièrement, le Sénégal, ont procédé au rapatriement de leurs ressortissants de la Tunisie. Cette décision fait suite aux propos controversés du président tunisien Kaïs Saïed, le 21 février 2023, accusant des migrants d’Afrique au sud du Sahara de « violence, de crimes et d'actes inacceptables » en Tunisie. Cette déclaration, dénoncée comme raciste par de nombreuses organisations et vivement critiquée par l’Union africaine (UA), a favorisé une montée des agressions contre les communautés noires en Tunisie, selon plusieurs récits.

Le 11 mars 2023, un quatrième convoi de Guinéens est arrivé à Conakry, la capitale guinéenne, en provenance de la Tunisie, ont annoncé leurs autorités.

Le 6 mars 2023, un internaute au Sénégal a partagé une vidéo évoquant, dans un français bancal, une expulsion de Tunisiens par la Guinée en réaction aux propos du président tunisien. « Suite au discours raciste et xénophobe tenu par le Président tunisien Kaïs Saied à l’endroit des NOIRES africains, le gouvernement Guinéen à procéder au rapatriement de tous les Tunisiens résidents sur son territoire », a textuellement écrit cet usager de Facebook dans le message accompagnant le film de 2 minutes et 35 secondes.

La séquence montre des Noirs arborant gilets ou casques de forces de police conduire trois Blancs, masque sur le nez et menottes aux poignets, vers deux véhicules blindés. Ces véhicules se mettent ensuite en route, précédés d’une voiture de patrouille et de motards. Puis arrivent des Blanches, ayant également un masque sur le nez mais ne semblant pas menottées. La vidéo coupe avant que l‘on puisse voir vers où elles sont conduites. Sur les tenues des membres des forces de sécurité, on peut lire : « DPSD » et « Police ».

La même séquence a été largement diffusée sur la plateforme (12345).

Capture d'écran de la publication

En observant de plus près l’extrait, nous notons sur la partie droite, en bas, un logo indiquant qu’il a d’abord été posté sur le réseau de partage de vidéos TikTok avant d'atterrir sur Facebook. Le nom de l’utilisateur l’ayant publié n’étant pas très visible, nous avons procédé à une recherche avec les mots clés « rapatriement Tunisiens Guinée » sur ce réseau. Les résultats obtenus montrent que plusieurs utilisateurs de la plateforme ont eu à l’afficher (1234).

Une vidéo datant de 2022 filmée en Côte d’Ivoire

Nous n’avons trouvé aucune information officielle ayant trait à l’expulsion de Tunisiens par la Guinée.

D’après les résultats de la recherche inversée d’images à partir du logiciel SmallSeoTools, le clip que nous vérifions a été publié le 28 avril 2022 sur la plateforme YouTube. Cet extrait, qui a été vu plus de 228 000 fois au 23 mars 2023, a été mis en ligne par le compte ivoireinfotvnet, qui se présente comme un « portail audiovisuel d'actualités, d'informations et de communication de Côte d'Ivoire ».

D’après la description de la vidéo, il s’agit de l’arrestation de « barons présumés » de drogue en Côte d’Ivoire. « Après la découverte d’une importante cargaison de drogue à Koumassi (au sud d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne, NDLR) et à San Pedro (sud-ouest du pays, NDLR), les autorités mettent au jour les ramifications d’un réseau international qui a fait de la Côte d’Ivoire une véritable plaque tournante. Les enquêteurs ont pu identifier et interpeller les principaux membres du réseau » de trafiquants de cocaïne, dont des Espagnols, peut-on y lire.

L’abréviation « DPSD » figurant sur les tenues de certains des hommes sur la vidéo renvoie à la Direction de la police des stupéfiants et des drogues de ce pays.

Des clichés de cette saisie sont aussi visibles dans un article du 27 avril 2022 du magazine panafricain Jeune Afrique évoquant le même sujet.

Selon les autorités ivoiriennes, la cocaïne a été saisie les vendredi 15 et 21 avril 2022 à Abidjan et San Pédro. Il s’agissait d’une « quantité totale » de drogue dépassant deux tonnes, pour une valeur marchande de plus de 41 milliards de francs CFA, précisément « 41 145 180 000 FCFA », a indiqué le ministère ivoirien de l’Intérieur et de la Sécurité dans un communiqué publié le 23 avril 2022. Ce montant représente plus de 62,7 millions d’euros et plus de 67,7 millions de dollars.

Capture d'écran de la publication

Cette vidéo n’a donc aucun lien avec une quelconque expulsion de Tunisiens par la Guinée.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter