Retour en Africa Check

Le Nigeria n'a-t-il jamais alloué plus de 30% de son budget aux infrastructures?

En vue de stimuler une économie en difficulté, le président intérimaire du Nigéria a récemment signé le budget de l'année 2017, après des mois de retard.

Le pays a connu une contraction de son économie l'année dernière - la première en 25 ans - en raison de la baisse des prix internationaux du pétrole, son principal revenu.

«C’est un budget de relance économique et de croissance. Il est conçu pour amener le Nigéria hors de la récession », a déclaré le président intérimaire Yemi Osinbajo, après avoir signé le budget record de 7.44 billions de nairas (US $ 23.6 milliards) le 12 juin.

Osinbajo, le vice-président, remplace le président Muhammadu Buhari, qui est en congé médical au Royaume-Uni depuis le 7 mai 2017. Le budget a été adopté en mai par les législateurs qui ont élevé les 7.3 billions de Naira (US $ 23.2 milliards) que Buhari avait présenté en décembre 2016.

Au cours de l'examen, le leader de la minorité du Sénat, Godswill Akpabio, aurait déclaré qu’avec le budget de 2017, c’est la première fois que les dépenses nationales consacrées aux routes, à l'électricité, aux chemins de fer, etc., atteindraient 30% du total (du budget).

Quel est le budget actuel des projets publics ?


A travers de nombreux appels et messages téléphoniques, Africa Check a tenté de joindre Akpabio pour confirmer les remarques qu’il a signalées, mais il n'a pas répondu.

Le budget de 2017 consacre 2.18 billions de Naira pour les dépenses de projets publics, soit environ 29,3% du total. (Ce chiffre n'inclut pas les 434.4 milliards de Naira de fonds spéciaux aux organes statutaires tels que la Commission de développement du Delta du Niger).

Un économiste de Vetiva Capital Management basé à Lagos, Michael Famoroti, a fourni à Africa Check son analyse des dépenses publiques consacrées aux projets de développement au cours des 10 dernières années.

Les chiffres proviennent du Bureau fédéral du budget et d’articles de presse.

Au cours de la décennie, le budget des infrastructures du Nigéria a plus que doublé : de 1.25 milliards de nairas en 2008 à 2.18 billions en 2017.

Le budget 2015 signé par l'ancien président Goodluck Jonathan a vu la répartition la plus faible pour les projets d'infrastructures au cours de la période : 556.9 milliards de nairas, soit 11% du budget.



Sur au moins trois de ces années - 2008, 2010 et 2013 - l'allocation aux projets d'immobilisations a été supérieure à 30% du budget. La part la plus élevée réservée aux infrastructures au cours de cette période a été en 2008, alors qu'elle représentait 37% du budget total.

Cela n’a pas encore été atteint au cours des deux premières années de l'administration de Buhari. Dans le budget de 2017, la part réservée aux infrastructures est de 29,3%, tandis qu'en 2016, elle était de 26,2%.

«A proprement parler, l'allocation des dépenses en capital a dépassé 30% à quelques reprises au cours de la dernière décennie sur la base des données disponibles », a déclaré Famoroti à Africa Check. «Mais l’utilisation et décaissement effectif en espèces [les ministères, les ministères et les organismes] ont généralement diminué ».

Les dépenses sur les projets sont habituellement le premier poste à perdre si le budget est confronté à des défis tels que des retards, un financement inadéquat et une greffe, a souligné l'économiste. Ses calculs montrent que les dépenses réelles «dépassent à peine 20% des dépenses budgétisées pour toute année».

"[La] principale chose est la mise en œuvre et le suivi. Étant donné que les dépenses en capital sont financées par des emprunts, il est important que les parties prenantes examinent ce à quoi servent les fonds », a déclaré Famoroti.

Conclusion: le Nigéria a déjà alloué plus de 30% de son budget aux projets de développement


Au cours de l'approbation prolongée du budget nigérian de 2017, un législateur a déclaré que c'était la première fois que les allocations aux projets de développement avaient dépassé 30% du budget.

Le leader de la minorité du Sénat, Godswill Akpabio, a exhorté à moins de dépenses pour les dépenses récurrentes, comme les salaires, afin de libérer de l'argent pour l’énergie, les chemins de fer et les routes.

Nous avons examiné la dernière décennie. Sur au moins 3 ans, le financement des projets de développement dépassait 30% du budget total.

Nous considérons donc que la revendication du leader de la minorité est incorrecte. Cela dit, un analyste a expliqué que la mise en œuvre devrait être l'objectif principal, car seule une faible proportion des fonds de dépenses en capital budgétisés a effectivement atteint les agences prévues.

Traduit de l’anglais. Lisez la version originale

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters