Retour en Africa Check
©Pixabay

Sénégal - Prisons : deux déclarations d'Ismaïla Madior Fall examinées

L’ancien ministre sénégalais de la Justice, Ismaïla Madior Fall, a affirmé en mars dernier que les femmes représentaient 3 % de la population carcérale du Sénégal et que 80 % y étaient pour des affaires d’infanticide. La première déclaration est globalement correcte, la seconde est incorrecte.

• Les femmes représentent 3% de la population carcérale au Sénégal et 80% des femmes incarcérées en 2020 l'ont été pour infanticide (Ismaïla Madior Fall, ancien ministre sénégalais de la Justice).
• Selon les données de l'administration pénitentiaire au 31 décembre 2020, les femmes représentaient 2,7% de l'effectif carcéral et 1,95% sont incarcérées pour infanticides.
• Les données de l'administration pénitentiaire montrent également que les coups et blessures volontaires constituent la principale infracion chez les femmes en prison, avec 23,7%.

Invité de l’émission D'Clique sur la télévision privée sénégalaise TFM, le 23 mars 2021, le professeur Ismaïla Madior Fall, ancien ministre de la Justice, a affirmé que « 3 % des personnes dans les prisons sénégalaises sont des femmes et 80 % des femmes y sont pour des affaires d'infanticide ».

Nous avons essayé d’entrer en contact avec Ismaïla Madior Fall pour connaître ses sources. Mais nos multiples tentatives ont été infructueuses. L’article va être actualisé quand nous recevrons une réponse de sa part.

Au Sénégal, les femmes constituent près de 3 % de l'effectif carcéral

La Division de la législation, des statistiques et des établissements pénitentiaires une entité de la Direction de l’administration pénitentiaire nous a transmis les données globales de l’année 2020 sur la population carcérale totale

Nous avons examiné la déclaration d'Ismaïla Madior Fall selon laquelle 3 % des personnes dans les prisons sénégalaises sont des femmes, sous trois aspects : l’effectif carcéral, le total des personnes écrouées et la population pénale. 

Pape Diouf, surveillant général et statisticien à la Direction de l’administration pénitentiaire, explique que l’effectif carcéral concerne l’ensemble des détenus (prévenus comme condamnés) présents dans les établissements pénitentiaires à une date donnée (le 31 décembre de chaque année est pris comme période de référence au Sénégal, après la grâce présidentielle).

Quant au total des personnes écrouées, il s’agit de l’ensemble des personnes qui ont été placées sous mandat de dépôt durant l’année.

Enfin, la population pénale fait référence à l’ensemble des personnes qui ont fait la prison (les prévenus, les écroués et les libérés). On fait la somme des écroués et de l’effectif présent au 31 décembre.

En tenant compte de l’effectif carcéral, c'est-à-dire l’ensemble des détenus (prévenus et condamnés) présents dans les établissements pénitentiaires, l’administration pénitentiaire sénégalaise a recensé, au 31 décembre 2020, 10 530 personnes dont 288 femmes, soit 2,73 %. Ce qui n'est pas loin des 3 % évoqués par Ismaïla Madior Fall.



Pour les personnes écrouées, c'est-à-dire l’ensemble des personnes qui ont été placées sous mandat de dépôt durant l’année, elles étaient 23 426 au 31 décembre 2020, dont 1 131 femmes (4,8 %).

En ce qui concerne la population pénale, c'est-à-dire l’ensemble des personnes qui ont fait la prison (les prévenus, les écroués et les libérés), il y a 33 956 personnes dont 1 419 femmes (soit 4,17 %).

Seules 1,95 % des femmes écrouées l'étaient pour infanticide en 2020

Le document reçu de l'administration pénitentiaire indique que ce sont les coups et blessures volontaires qui constituent la principale infraction chez les personnes de sexe féminin. Ainsi au 31 décembre 2020, sur les 1 131 femmes écrouées, 268 (soit 23,7 %) l'ont été pour cette infraction. L'infanticide représentait 1,95 % (22 femmes en prison) pour ce motif.

L'administration pénitentaire n'a toutefois pas donné le détail de l'effectif carcéral des personnes de sexe féminin par type d'infraction. Mais, même à supposer que toutes les femmes écrouées pour infaticide (22) font partie de l'effectif carcéral féminin au 31 décembre 2020 (288), leur part ne représenterait pas 80 % mais 7,64 %.

Conclusion : Ismaïla Madior Fall a globalement raison sur le pourcentage de femmes en prison, mais se trompe sur les motifs de leur incarcération

L'ancien ministre sénégalais de la Justice, Ismaïla Madior Fall a affirmé que « 3 % des personnes dans les prisons sénégalaises sont des femmes et que 80 % de ces femmes y sont pour des affaires d’infanticides ».

Selon les données de l'administration pénitentiaire, il y avait au 31 décembre 2020, 10 530 personnes dans les prisons sénégalaises dont 288 femmes, soit 2,73 %. Ce qui n'est pas loin des 3 % évoqués par Ismaïla Madior Fall.

Toutefois, seules 1,95 % des femmes écrouées en 2020 l'ont été pour infanticide. Les coups et blessures volontaires constituent le la principale infraction chez la population carcérale féminine, avec 23,7 %.

Credits photo : Pixabay

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters