Back to Africa Check

Attention, ces propos de Macky Sall ont été sortis de leur contexte

This article is more than 4 years old




Le tweet ci-dessus est censé rapporter des propos émanant du président sénégalais Macky Sall.

Cette déclaration (à quelques détails près) a, en effet, été faite par Macky Sall en novembre 2018, lors de la cérémonie d’ouverture de la Conférence de l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives.

Le chef de l'Etat du Sénégal se prononçait, entre autres, sur le devoir de transparence dans la gestion des industries extractives, en promettant une prochaine publication de tous les contrats miniers et pétroliers signés par le Sénégal avec des multinationales.

Au lendemain de ce discours, de nombreux internautes, sur Facebook notamment, ont tancé le même extrait mis en évidence dans le tweet ci-dessus.


Hors contexte


En écoutant de bout en bout l'intervention de Macky Sall, on constate qu’il fustige les procédés de négociations de certaines multinationales qui viennent en Afrique « avec une pratique (vieille) d'une cinquantaine d'années au minimum, voire d'un siècle ».

« Les contrats, très souvent, sont déséquilibrés. C'est la réalité. On n’accuse aucune compagnie, mais c’est dû au fait que les pays (africains) sont partis handicapés dès le départ », déclare Macky Sall.



Il poursuit : « (...) au lendemain des indépendances on a dû accompagner et suivre une société internationale qui avait ses règles. Règles qui étaient fixées pendant que nous n’étions pas autour de la table », poursuit le président sénégalais.

Et d'ajouter : « On nous a demandé de faire la promotion des investissements, d’être attractifs, pour que la mariée soit belle. Il faut donc faire des holiday taxes sur tout, il ne faut pas prendre des taxes, il faut inviter les gens à venir investir puisque les pays sont risqués : il y a les maladies, il y a les guerres, donc ceux qui viennent sont tellement courageux qu’il faut tout leur offrir ».

Azil Momar Lo (25-11-2019)

Republish our content for free

We believe that everyone needs the facts.

You can republish the text of this article free of charge, both online and in print. However, we ask that you pay attention to these simple guidelines. In a nutshell:

1. Do not include images, as in most cases we do not own the copyright.

2. Please do not edit the article.

3. Make sure you credit "Africa Check" in the byline and don't forget to mention that the article was originally published on africacheck.org.

Add new comment

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
limit: 600 characters

For reading our fact-checks!

Did you know that our work is free to read and share? Support our work to continue reading.

Subscribe to our newsletter

Support independent fact-checking in Africa.