Retour sur Africa Check

Attention, la plupart de ces images ne montrent pas l'attentat du 4 mars 2022 au Pakistan

Le 4 mars 2022, un attentat suicide a fait des dizaines de morts dans une mosquée au Pakistan. Dans ce contexte, plusieurs images ont été partagées sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook ( 1, 2, 3, 4, 5, 6 ), afin de montrer les dégâts.

Capture d'écran de la publication

Des images mises hors contexte

Une recherche d’images inversées grâce à l’outil Invid permet de constater que certaines de ces images ne montrent pas les dégâts survenus après l’attentat.

Pour ce qui est de la première photo, elle montre bien l’état des lieux après l’explosion dans la mosquée. Elle notamment cet article publié par France 24 le 4 mars 2022. 

La deuxième image n’a aucun rapport avec l’attentat. Elle a été prise le 8 octobre 2021 et montre une mosquée dans la province de Kunduz (dans le nord de l'Afghanistan), après une attaque à la bombe. 

On retrouve la troisième et la quatrième photo dans cet article du média luxembourgeois Le Quotidien daté du 30 janvier 2015. La photo, qui porte le crédit de l'Agence France-Presse (AFP), montre les dégâts survenus suite à un attentat au Pakistan. Aucune information n’a cependant été donnée sur la date à laquelle elle a été prise, mais elle est antérieure à la publication que nous vérifions. 

La cinquième image, qui illustre cet article du média Libération publié en 2017, a été prise en 2014. La légende indique qu'il s’agit d'une patrouille de l'armée pakistanaise à Miranshah, dans le Nord-Waziristan, non loin de la frontière afghane, en juillet 2014. Une photo signée Aamir Qureshi pour l’Agence France-Presse (AFP).

Quant à la dernière image, elle est liée à l'attentat du 4 mars 2022; elle a été prise par le photographe Abdul Majeed et montre les lieux de l’attentat.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique