Retour en Africa Check

Covid-19 : ces photos ont été sorties de leur contexte et ne montrent pas des Hindous jetant leurs idoles

Sur Facebook, des publications (1,2,3,4) datées de mai 2021 indiquent qu'en Inde, des milliers de dieux indiens sont jetés dans les rues car « les indiens ne se sent(e)nt plus protégés par ces soit disant dieux ». 

Illustrées par une série de quatre images montrant des divinités hindoues, ces publications interviennent dans un contexte où l’Inde est durement touchée par la Covid-19. 

Capture d'écran de la publication

Images mises hors contexte

Ces photos ont toutes été prises avant le début de la pandémie de la Covid-19, partie de Wuhan en Chine en décembre 2019. 

La première photo montrant une déesse immergée et décorée avec des guirlandes de fleurs, a été utilisée pour illustrer cet article de indiatimes.com, publié en octobre 2019. Le texte évoque l’interdiction – pour cause de pollution –  d’abandonner des divinités dans le Gange (fleuve) lors des cérémonies rituelles. Nous n'avons pas été en mesure de retracer l’origine de l’image, mais elle est antérieure au premier cas signalé de Covid-19 en décembre 2019 en Chine.

La deuxième photo a été prise par un photographe de l’AFP à Guwahati – une ville située dans le Nord-Est de l’Inde – en septembre 2019. Elle montre « une idole de la déesse hindoue Durga qui flotte dans le fleuve Brahmapoutre après son immersion lors du Festival Dusshera à Guwahati », renseigne la légende de la photo sur Getty Images. 

La troisième photo a été prise en 2018 par un photojournaliste pour le compte de l’AFP. Elle montre « Des idoles de la divinité hindoue à tête d'éléphant Ganesha, qui ont été immergées lors du Festival Ganesh Chaturthi ».

Enfin, la dernière photo a été partagée sur Twitter le 11 août 2019 par un conseiller municipal de la ville indienne d’Ahmedabad. 

Le tweet renseigne que ces images montrent en réalité des idoles de la déesse hindoue Dashama déposées sur la digue d’une rivière à Ahmedabad (Nord-Ouest) en août 2019 : « Des citoyens ordinaires ont décidé de garder la rivière Sabarmati propre. Au lieu d'immerger les idoles de Dashama dans la rivière, ils les ont respectueusement laissées sur les berges ».

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un fact-checker a estimé que votre post sur Facebook ou Instagram était "faux". Que devez-vous faire ? D'abord, ne supprimez pas la publication ! Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters