Retour en Africa Check

Non, ces images n'illustrent pas les violences xénophobes de septembre 2019 en Afrique du Sud



Ces photos partagées sur Facebook le 2 septembre 2019 par un internaute sont censées représenter les récentes violences xénophobes en Afrique du Sud. Mais en réalité, les images sont anciennes.



Cette photo a été prise par le photojournaliste sud-africain James Oatway en 2015.

Elle est tirée d'une série de photos montrant Emmanuel Sithole, un ressortissant mozambicain en Afrique du Sud qui avait été poignardé et battu par quatre hommes dans la banlieue d'Alexandra, près de Johannesburg.

Le photographe a rapporté avoir pris ces photos pour monter au monde la brutalité des protestations anti-migrants en Afrique du Sud. Il avait été, par la suite, largement critiqué pour avoir observé la scène au lieu d’intervenir.

« C'est la réalité crue. Ce n'est pas facile à regarder. Je comprends que certaines personnes soient choquées. Mais les gens doivent savoir ce qui est en train de se passer. Ils doivent voir cette violence. Ceux qui m'en veulent d'avoir pris ces photos devraient diriger leur colère contre les auteurs de cette attaque, pas contre moi », avait répondu James Oatway.

 



La première des ces deux photos, celle de gauche, figure dans une série de photos publiées en 2016 par le site sud-africain Township Times. Elle serait en lien avec la grève des taxis de juin 2016 dans la province du Cap-Oriental en Afrique du Sud.

La photo de droite figure dans une série de photos publiées en juin 2016 par le site South Africa Today qui indique que cette photo a été prise lors de « récentes protestations violentes à Durban ».

 



Cette photo fait aussi partie d’une série de photos prises à Durban en Afrique du Sud en 2015.

Publiée par le site IBTimes, elle a été prise par le photographe Rogan Ward  pour Reuters. Elle met en scène, comme on peut le lire sur la légende qui l’accompagne, « des hommes sud-africains fuyant la police alors que des émeutes et des pillages ont été réprimés lors des violences contre les étrangers à Durban ».

 



Quant à cette photo, nous n'avons pas pu trouver son origine malgré nos recherches par Google images, Yandex et Tineye.

Aidez-nous à retrouver sa source et partagez-la avec nous !

–  Dieynaba Thiombane (06.09.2019)

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un fact-checker a estimé que votre post sur Facebook ou Instagram était "faux". Que devez-vous faire ? D'abord, ne supprimez pas la publication ! Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limit: 600 characters