Retour en Africa Check

Sidiki Diabaté prenant une photo avec les gardes de la prison où il est incarcéré ? Faux !

Au courant du mois de septembre 2020, le chanteur et koriste malien Sidiki Diabaté a été accusé de coups et blessures par sa compagne Mariam Sow.

Les photos de ladite jeune femme ont été publiées sur les réseaux sociaux, montrant des parties tuméfiées de son corps. A la suite de ces révélations, Sidiki Diabaté a été arrêté et placé en garde-à-vue par la police malienne avant d’être déféré à la maison d’arrêt central de Bamako.

C’est dans ce contexte que la photo ci-dessous a été massivement partagée sur Facebook (1, 2, 3, 4…) prétendant que Sidiki Diabaté l’aurait prise avec les gardiens de la prison dans laquelle il est détenu.

Mais à vrai dire, cette image, en plus d’être antérieure à l’arrestation de Sidiki Diabaté, ne montre pas des gardes pénitentiaires.


Des élèves policiers venus voir l’artiste


Nous n'avons pas obtenu de résultats probants en effectuant une recherche inversée d’image à partir de cette photo.

Toutefois, nous avons noté, dans les commentaires suscités par cette publication, que certains internautes signalent que les gardes pénitentiaires des prisons maliennes ne portent pas ce genre de tenues et que cette image n’est pas récente; elle montrerait plutôt des élèves sous-officiers de la police.

Joint par Africa Check, Mohamed Traoré (Walaha Momo), le chargé de communication de Sidiki Diabaté, confirme que cette photo n’a pas été prise à la prison où l'artiste malien est détenu.

« C’est une ancienne photo. Ce sont les nouveaux policiers de la dernière promotion de la police nationale malienne. Ils étaient venus voir l’artiste à son domicile, c’est là où cette photo a été prise », explique Traoré.

La cellule de communication de la Police nationale malienne et Aguibou Kouyaté, le secrétaire général du Syndicat libre de la Police (malienne), affirment aussi que la photo montrent « bien des élèves policiers ».

« Il se peut que la photo ait été prise quelque part mais pas dans la prison », soutient la cellule de communication de la police malienne.

Aguibou Kouyate ajoute qu’il s’agit d’« une ancienne photo qui n'a rien à voir avec l’arrestation de Sidiki Diabaté.  Ce sont des élèves policiers non les surveillants de prison ».

– Dieynaba Thiombane

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un fact-checker a estimé que votre post sur Facebook ou Instagram était "faux". Que devez-vous faire ? D'abord, ne supprimez pas la publication ! Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Lutter contre la désinformation sur la Covid-19

Africa Check travaille avec la CoronaVirusFacts/DatosCoronaVirus Alliance, une coalition de plus de 100 fact-checkers qui luttent contre la désinformation sur la pandémie de Covid-19.

Pour en savoir plus sur cette alliance, cliquez ici.

Further Reading