Retour sur Africa Check

Xénophobie en Afrique du Sud : photo hors contexte et faux bilan du nombre de morts



Ce photomontage publié sur Facebook, le 4 septembre 2019, donne à croire que la photographie qui y figure est tirée des violences xénophobes de septembre 2019 en Afrique du Sud. La même publication a été reprise par cet autre internaute.

Photographie mise hors contexte


Si cette photographie représente bien des violences xénophobes en Afrique du Sud, elle ne date pas de 2019 mais de 2008, année où des événements xénophobes étaient également survenus au sein de la nation arc-en-ciel.

Cette photo fait partie d’une série de photos intitulée « Clashes Escalate in South Africa (traduction française : les affrontements s’intensifient en Afrique du Sud ».

C'est le photojournaliste sud-africain João Paulo da Costa da Silva pour le New-York Times.

La légende qui accompagne cette photo est la suivante : « Les immigrants somaliens et éthiopiens ont également prospéré en tant que commerçants en Afrique du Sud. Dans un contexte de chômage croissant et de forte concurrence pour le logement, leur succès a alimenté une forte colère, selon Marius Root, chercheur à l'Institut sud-africain des relations raciales ».

45 morts ? Une fausse estimation


Jusqu’au 3 septembre, il n’était dénombré que 5 morts liés aux violences xénophobes en Afrique du Sud.

Selon le colonel Lungelo Dlamini, porte-parole de la police provinciale de Johannesburg qui s’est adressé au média sud-africain News24, seules trois des cinq victimes ont été identifiées.

« Les deux hommes qui ont été tués à Brixton et à Sophiatown mardi étaient des Sud-Africains, tandis que l'agent de sécurité tué à Hillbrow lundi était une femme zimbabwéenne », précise le colonel Dlamini.

Le 5 septembre, on comptait déjà au moins 10 personnes tuées dans ces violences.

–  Dieynaba Thiombane (06.09.2019)

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Facebook pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Further Reading

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique

Fermez et continuez à lire

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique