Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Cette photo de poisson volant n’a pas été prise au Cameroun en 2023 (et elle est bien plus ancienne)

EN BREF – La recherche sur l’image a conduit à un article publié pour la première fois en 2013, et actualisé « pour la dernière fois » en 2015, sur un site dédié au Cap-Vert (ou Cabo Verde). Un Français installé dans cet archipel au large du Sénégal a assuré à Africa Check être l’auteur de la photo, sans plus de détails.

Sur Facebook, une page appelée Visiter le Cameroun avec moi a publié le 8 juillet 2023 un texte accompagné d’une photo d’un poisson volant, indiquant que cet animal aquatique se trouvait « actuellement » au Cameroun.

Ce que dit la publication

« 🐬🪽Des poissons volants au Cameroun actuellement oui vous m'avez bien lu poisson volant🇨🇲🥰😻 », peut-on lire dans ce message que nous reproduisons tel quel, toujours accessible sur la page mentionnée lors de notre dernière consultation, le 26 septembre 2023. Aucune indication n’a été fournie sur la ville, la région ou encore le lieu où ce poisson volant est censé avoir été capturé.

« Les poissons volants (Exocoetidae) forment une famille de poissons marins qui comprend 70 espèces. On en trouve dans tous les océans du monde. Mais plus particulièrement dans les eaux chaudes du golfe de Guinée. L’exocet en est un exemple connu. Il est capable de nager suffisamment vite pour briser la surface de l’eau grâce à sa forme aérodynamique. Ses grandes nageoires l’aident alors à s’envoler. Ou, au moins, à planer quelques instants. Atteignant des vitesses proches des 60 km/h », est-il indiqué dans le texte, qui se conclut ainsi : « Les poissons volants mesurent couramment jusqu’à 30 centimètres et parfois, jusqu’à 45 centimètres. Ils se nourrissent de plancton et constituent un maillon indispensable de la chaîne alimentaire ».

La photo contenue dans la publication montre un poisson doté de deux ailes, tenu dans une main. L’image semble avoir été réalisée depuis une embarcation ou lors d’une partie de pêche. Une grande étendue d’eau est visible en arrière-plan.

La même publication se retrouve sur Instagram, signée par une page également enregistrée comme Visiter le Cameroun avec moi.

Le post a aussi été repris ailleurs sur Facebook (1, 2, 3, 4, 5).

 

Capture 1 Meta check relu CS Cameroun-tourisme-loisirs-peche-poisson-volant

 

À propos de la page Visiter le Cameroun avec moi

Créée le 25 janvier 2016, elle a été enregistrée dans la catégorie « Site web tourisme et attractions locales », et elle affirme proposer « des visites touristiques guidées aux individus et aux groupes au Cameroun », d’après les renseignements fournis à Facebook.

Elle a pour contacts une adresse physique dans la ville de Mulhouse, en France, un numéro de téléphone camerounais, ainsi qu’une adresse de messagerie à Outlook, de Microsoft. Elle est également liée à un site portant le même nom avec pour sigle VLCAM et offrant les mêmes services que ceux mentionnés sur Facebook. Ses administrateurs résident au Cameroun et en France, selon les indications sur sa transparence.

 

Capture 2 Meta check relu CS Cameroun-tourisme-loisirs-peche-poisson-volant

 

Une photo provenant du Cap-Vert (ou Cabo Verde)

La recherche sur la photo contenue dans la publication que nous vérifions révèle qu’elle ne date pas de juillet 2023, et qu’elle n’a pas été prise au Cameroun. Elle remonte au moins à 2015, voire à 2013.

Nous avons utilisé différents outils dédiés, dont la recherche visuelle de Bing et InVID, qui ont tous lié cette image à deux pages associées au Cap-Vert. Ce pays, qui est un archipel de l'océan Atlantique, au large des côtes sénégalaises, utilise Cabo Verde comme nom officiel depuis 2013.

Nous retrouvons ainsi la photo sur le site Mindelo Infos, Mindelo étant la principale ville de l'île de Sao Vicente, dans le nord de l'archipel, et la deuxième du pays après Praia, la capitale. Ce site précise être en ligne 2003 et être « entièrement consacré au Cap-Vert (et pas seulement à Mindelo), à sa culture, à son actualité ».

L'image du poisson volant figure parmi d'autres photos dans un article mis à jour pour la dernière fois le 22 avril 2015, selon Mindelo Infos.

 

Capture 3-1 Meta check relu CS Cameroun-tourisme-loisirs-peche-poisson-volant
Capture 3-2 Meta check relu CS Cameroun-tourisme-loisirs-peche-poisson-volant

 

Un des résultats de la recherche avec Google Images affiche le 1ᵉʳ août 2013 comme date de sa publication.

 

Capture 4 Meta check relu CS Cameroun-tourisme-loisirs-peche-poisson-volant

 

Le texte de Mindelo Infos parle de pêche et randonnées marines. Cette activité, précise-t-il, « est située sur l'île de Santo Antao », dans le nord du pays. Elle est menée sur place par un Français identifié dans cet article simplement par son prénom, Paul-Loup, « qui s'est choisi pour mission de faire découvrir aux amoureux de la nature » la zone concernée dans son bateau baptisé Bibitonic.

La même photo de la publication que nous vérifions est visible sur un site appelé Bibitonic R-286, dans un article non daté consacré au poisson volant ou exocet.

« Ce poisson volant est le fourrage des grands poissons pélagiques », y est-il écrit. « Représenté en grand nombre, nous le trouverons sur les parties côtières jusqu'au grand large. Appât de prédilection pour la pêche du marlin bleu en pitch-bait (type d’appât, NDLR) mais aussi très bon en vif pour la pêche en verticale. Il se pêche de jour au petit hameçon/appât et de nuit il se capture à l'épuisette », poursuit le texte.

 

Capture 5 Meta check relu CS Cameroun-tourisme-loisirs-peche-poisson-volant

 

Les informations concernant le propriétaire du site convergent avec les indications fournies dans l’article de Mindelo Infos, qui a évoqué un Français prénommé Paul-Loup et un bateau appelé Bibitonic.

« Je m'appelle Dinard Paul-Loup, opérateur touristique au Cap-Vert et guide de pêche sportive sur l'île de Santo Antao », renseigne le fondateur de Bibitonic R-286, précisant être un « skipper » français. Un skipper (ou skippeur) désigne un capitaine de bateau, un patron d’un bateau de course ou croisière. Dinard explique avoir lancé son projet en 2009 dans le village de Tarrafal de Santo Antao, qui est ensuite devenu une organisation ayant « pris forme en 2012 » avec un bateau, Bibitonic.

Nous avons contacté Dinard par une adresse électronique figurant dans les mentions légales de son site. Il nous a assuré être l’auteur de la photo de poisson volant. Elle a été prise sur son bateau, a-t-il soutenu. Il n’a pas fourni d’indication de date et de lieu, et il n’y a pas eu de suite à notre demande de précisions.

Sur les poissons volants

AquaPortail est un portail dédié à l’aquariophilie, le loisir des passionnés d’aquarium, et à la biologie. Il existe depuis 2006 et se définit comme « un site internet informatif  ».

Son dictionnaire, fort de « plus de 15 000 définitions » au 26 septembre 2023, contient des détails rapportés dans la publication de la page Facebook Visiter le Cameroun avec moi et sur le site Bibitonic-286. Il certifie par exemple qu’il existe plusieurs dizaines d’espèces d’exocets (« environ 64 », selon lui). Il confirme également que c’est un poisson marin, c’est-à-dire qu’il vit « exclusivement en milieu aquatique d'eau salée, en mer ou océan », « en particulier dans les eaux tropicales chaudes et subtropicales ».

« Les poissons volants peuvent faire des sauts puissants, automoteurs hors de l'eau, dans l'air, où leurs longues nageoires en forme d'ailes permettent un vol plané sur des distances considérables au-dessus de la surface de l'eau. Cette capacité rare est un mécanisme naturel de défense pour échapper aux prédateurs », peut-on lire dans l’entrée consacrée au poisson volant. « La membrane étendue qui permet les sauts planés est appelée un patagium (ptérypatagium) », y est-il précisé.

Poisson volant et « parc marin » du Cameroun

Le Cameroun est situé dans les régions géographiques indiquées comme étant celles de prédilection des poissons volants.

Fishipedia, une encyclopédie en ligne consacrée à « faune aquatique du monde entier », a établi une liste d’espèces de poissons que l’on trouve au Cameroun. Ce catalogue illustré comprend le poisson volant dit aphyo-volcan (Aphyosemion volcanum).

 

Capture 6 Meta check relu CS Cameroun-tourisme-loisirs-peche-poisson-volant

 

« L’Aphyosemion volcanum est endémique au Cameroun. On le trouve dans le bassin de la rivière Kake, la zone autour du Mont Cameroun », dans le sud-ouest du pays, écrivent les auteurs de l’encyclopédie. C’est « un petit poisson tropical », mesurant cinq centimètres « au maximum ».

Une espèce endémique est une espèce propre à une zone ou à un lieu. Kake est dans la Région du Littoral (sud-ouest du pays), qui a pour chef-lieu Douala. Le Mont Cameroun est un volcan proche des côtes du golfe de Guinée.

Le Cameroun s’est doté le 9 juillet 2021 de son premier parc marin, selon un décret officiel rapporté par le site Afrik21, dédié à l’environnement, dans un article mis en ligne le 9 novembre 2021. De même source, il s’agit d’une aire marine protégée située à Campo, dans la région du Sud, « sur la frontière maritime avec la Guinée équatoriale ». Elle a « une superficie de de 110 300 hectares » et elle s’étend « sur 42 364 km (26,5 miles) dans les eaux territoriales camerounaises ».


Cet article a été réalisé par le journaliste camerounais Jérôme Baïmélé (Data Cameroon) dans le cadre d’un stage d’immersion au sein de la rédaction francophone d’Africa Check, à Dakar, soutenu par un projet du département d'État américain.

Texte édité par Dieynaba Thiombane, complété et édité par Coumba Sylla.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique