Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Cette photo n'est pas liée aux frappes « accidentelles » de l’armée nigériane sur des civils dans le nord-ouest du Nigeria en décembre 2023

EN BREF - Cette image montre de la fumée s'élevant au-dessus de Khartoum, au Soudan, le vendredi 23 juin 2023. Elle a été prise dans le contexte des combats opposant l'armée soudanaise et des unités paramilitaires.

Le 3 décembre 2023, plusieurs dizaines de personnes ont été tuées « accidentellement » par des tirs émanant d’un drône de l’armée nigériane à Tudun Biri, un village de l’État de Kaduna situé dans le nord-ouest du Nigéria, selon l’Agence nationale de gestion des urgences (NEMA). 

« Lors de l'évaluation, l'équipe a découvert qu'à la suite des deux frappes aériennes, environ 88 personnes sont mortes et pas moins de 68 personnes ont été blessées à des degrés divers. Les victimes touchées appartenaient à quatre communautés différentes, d'Ugara, de Sabon Gida, d’Ihira et de Tudun Biri, qui se déplaçaient pour commémorer la célébration du Maouloud », peut-on également lire dans un communiqué de la NEMA datant du 7 décembre 2023. 

Le gouverneur de l’État de Kaduna, Uba Sani, a indiqué que ces « civils ont été tués, par erreur, par un drone ciblant des terroristes et des bandits ». Ce qu’a confirmé l’armée nigériane, expliquant les avoir « touché par inadvertance ». 

Le président nigérian, Bola Tinubu, a présenté ses condoléances aux familles endeuillées et demandé l’ouverture d’une enquête. 

L’organisation de défense des droits de l’Homme, Human Rights Watch (HRW), a aussi demandé que soit menée « une enquête approfondie et impartiale sur les raisons » de cet incident.

La publication que nous examinons

Le 5 décembre 2023, la page Facebook Burkina Info TV officiel a fait une publication portant sur les civils tués par erreur au Nigeria. Cette publication contient notamment une image sur laquelle on voit de gros nuages de fumée noire monter vers le ciel. 

Capture d'écran de la publication

La page à l’origine de cette publication est enregistrée dans la catégorie « société de médias et d’actualités ». Elle a été créée le 3 novembre 2023 et est administrée depuis le Burkina Faso.

Capture d'écran de la publication

Une photographie prise en juin 2023 au Soudan

En procédant à une recherche inversée d’images à partir du logiciel TinEye, nous avons pu retrouver l’origine exacte de cette image. Elle est disponible dans la banque d’images en ligne Alamy

Capture d'écran de la publication

« La fumée s'élève au-dessus de Khartoum, au Soudan, le vendredi 23 juin 2023 », indique la légende accompagnant l’image. Elle a été prise le 23 juin 2023 et porte le crédit de l’agence de presse mondiale Associated Press (AP). 

En poursuivant nos recherches, nous avons retrouvé la photographie dans la banque d’images de l’Associated Press.

 

Capture d'écran de la publication

Au Soudan, « la guerre des généraux »

Au Soudan, des combats opposant les forces armées et des unités paramilitaires ont cours depuis la mi-avril 2023. 

Certains observateurs ont qualifié ces combats de « guerre des généraux ». Car, deux hommes font office de têtes de proue dans ces affrontements qui paralysent ce vaste pays d’Afrique de l’Est. D’un côté, le général Abdel Fattah al-Burhan, le chef de l’armée soudanaise qui dirige le pays depuis le 12 avril 2019, au lendemain de la chute de l’ancien président soudanais Omar el-Béchir renversé par l’armée sous la pression populaire. D’un autre côté, Mohamed Hamdane Daglo qui est à la tête des paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR), une entité constituée de milliers d’ex-miliciens de la guerre du Darfour devenus supplétifs de l’armée. Les FSR sont désormais listées comme une entité rebelle par le chef de l’armée soudanaise qui a ordonné sa dissolution le 24 avril 2023. Les deux parties visent la conquête du pouvoir. Les combats se déroulent dans la capitale Khartoum et dans plusieurs autres villes soudanaises.


À lire - Soudan : la plupart de ces photos sont antérieures aux affrontements d’avril 2023 entre l’armée régulière et les forces paramilitaires


« Le déclenchement du conflit il y a sept mois au Soudan a conduit à  la convergence d’une calamité humanitaire qui s’aggrave et d’une crise catastrophique des droits humains », ont indiqué les Nations Unies dans un communiqué daté du 15 décembre 2023.


Article édité par Valdez Onanina.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique