Retour sur Africa Check

Attention, ce message est une intox

Le groupe Facebook a annoncé le 28 octobre 2021, par le biais de son fondateur Mark Zuckerberg, que la compagnie s’appelle désormais Meta (mais la plateforme garde le nom Facebook). Une façon pour le réseau social de se lancer vers le metaverse, une sorte d'univers parallèle virtuel.

C’est dans ce contexte qu’un internaute a publié ce texte - repris sous d’autres posts (1, 2, 3, 4) - sur Facebook tout en affirmant que chaque utilisateur du réseau social doit le partager afin que la plateforme Meta ne puisse pas accéder à leurs données personnelles. Le texte cite également la loi UCC, article 1-207, 1-308, qui, selon lui, rappelle la protection des données à caractère personnel.

Faux message Facebook

Une intox présente sur Facebook depuis quelques années

En effectuant une recherche sur la loi « UCC, articles 1-207, 1-308 » cité par l’auteur de la publication, on constate qu’elle n’a aucun rapport avec la protection des données personnelles sur Facebook. En réalité, cette loi est américaine. C’est l'Uniform Commercial Code (UCC) qui est un ensemble de lois visant à coordonner le droit des transactions commerciales au sein des différents Etats américains. En 2004, l'article 1-207 a été remplacé par l'article 1-308

En ce qui concerne le texte, ce n'est pas la première fois qu’il est publié sur Facebook. Bien avant la création de Méta, des internautes avaient déjà partagé de pareilles informations.

Africa Check a contacté Olivia Nloga, responsable de la communication de Facebook en Afrique francophone. Elle nous à indiqué que « cette information est erronée ».

La plateforme Facebook recommande de lire cet article  intitulé « Facebook clé en main : les bons réflexes de confidentialité et de sécurité pour votre compte Facebook »  pour avoir plus d’informations sur l’utilisation des données.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique