Retour sur Africa Check

Cette vidéo montrant des travailleurs de l'ONU en plein ébats sexuels a été filmée en Israël, pas au Mali

Au Mali, après le tollé qui a suivi l’arrestation de 49 soldats ivoiriens accusés par le gouvernement de transition d’être des mercenaires, les autorités ont expulsé Olivier Saldago, le porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma). Dans un communiqué, Bamako accuse ce dernier de soutenir « sans aucune preuve, que les autorités maliennes auraient été préalablement informées de l'arrivée des 49 militaires ivoiriens par vol civil ».

Cette vidéo publiée par un internaute malien prétend montrer un agent de la Minusma en plein acte sexuel avec une femme à l’arrière d’une voiture portant l’estampille des Nations unies. 

Capture d'écran de la publication

Scène filmée en Israël

En procédant à une recherche avec les mots clés (véhicule nations unies - sexe ), nous sommes parvenus à retracer l’histoire derrière cette vidéo. En réalité, cette scène a été filmée en 2020 en Israël. Elle a été publiée sur Twitter par Inner City Press, une organisation d'intérêt public qui s’attaque aux dérives d’organisations telles que les Nations unies. 

Suite à la publication de la vidéo intitulée « UN sexploitation in UN vehicule » (traduction française : une sexploitation de l’ONU dans un véhicule de l’ONU), le porte parole du secrétariat général de l'ONU, Stéphane Dujarric, a indiqué sur Twitter que la scène montre probablement un personnel « assigné à l'Organisme des Nations unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST) ». Il a ajouté qu’une enquête a été rapidement lancée afin de situer les différentes responsabilités.

C’est en avril 2022, lors d’un point de presse, que Dujarric a partagé les résultats de l’enquête indiquant que sur les trois membres du personnel identifiés sur la vidéo, « deux ont été séparés de l'Organisation et le troisième a reçu une mesure disciplinaire appropriée ». 

« Je n'ai pas d'autres détails à vous fournir. Comme vous le savez, beaucoup de ces processus internes sont confidentiels », a conclu Dujarric. 

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique