Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Vidéo présentée étant celle d’une chute du président gabonais Ali Bongo Ondimba lors d’un sommet : ne tombez pas dans le piège (ce n’est pas lui)

EN BREF - Dans ce court film de piètre qualité, figure plutôt le Burkinabè Djibrill Bassolé faisant un malaise en public en 2013 en Turquie. Bassolé était alors ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso.

Un individu identifié comme Doudou Boy a publié sur Facebook le 6 août 2023 une vidéo censée montrer une chute du président gabonais Ali Bongo Ondimba en plein discours lors d’un sommet de dirigeants.

Éléments de contexte

Ali Bongo Ondimba, qui dirige le Gabon depuis 2009, a annoncé le 9 juillet 2023 être candidat à sa propre succession, moins de deux mois avant l’élection présidentielle dans son pays. Ce scrutin est prévu le 26 août 2023, en même temps que des élections législatives et locales.

Le 10 juillet 2023, le Parti démocratique gabonais (PDG), la formation politique d’Ali Bongo Ondimba, a validé sa candidature.

Sa décision de briguer un nouveau mandat a suscité diverses réactions, pour la saluer ou pour la critiquer, comme on peut le lire notamment dans un article publié le 10 juillet 2023 par diffuseur public britannique BBC sur son site Afrique ou encore dans des commentaires sur les réseaux sociaux (1, 2, 3, 4), où certains évoquent son état de santé.

Ali Bongo Ondimba a eu un accident vasculaire cérébral (AVC) en octobre 2018, alors qu’il se trouvait en Arabie saoudite pour une conférence sur les investissements. Il a été soigné en Arabie saoudite pendant plus d’un mois, puis s’est rendu fin novembre 2018 au Maroc, pour sa convalescence et de la rééducation.

Il a évoqué son AVC en public le 2 avril 2023 à Libreville dans un discours à l’occasion de la célébration du 55ᵉ anniversaire de son parti, dont plusieurs médias locaux et internationaux se sont fait l’écho. « La maladie que j’ai eue, vous savez, je suis chanceux, il y a à peine 10 % des gens qui revivent après cela, et aucun chef d’État ne figure parmi eux », a-t-il déclaré, selon ses propos rapportés par le média en ligne Afriquinfos dans un article publié le 3 avril 2023. « (…) J’aurais pu très bien dire : 'Bon, c'est terminé, je m’en vais récupérer en douce'. Mais, non ! Non ! Ce n’était pas possible, pas comme ça. (…) Je suis entièrement au service du pays, car Dieu m’a donné une leçon : 'Sois au service de ton pays' », a-t-il ajouté.

Que dit le message publié le 6 août 2023 sur Facebook par l’internaute Doudou Boy ?

« Lu..? Le président gabonais tombe lors de son discours au sommet de Ku, alors qu'il venait de prouver qu'il était fort pour le prochain mandat . Ses médecins doivent démissionner », a écrit Doudou Boy en légende d’une vidéo de 16 secondes, de piètre qualité, en mode portrait.

L’extrait est en réalité une scène d’une demi-dizaine de secondes répétée en boucle sur fond de musique mélodramatique. Il provient du réseau de partage de courtes vidéos TikTok, comme le montrent le logo et le nom du compte qui l’y a publié (Gravity Media).

Ce film donne à voir deux hommes debout, à des pupitres séparés : l’un, de type africain, est à gauche du cadre, et l’autre, de type occidental, est à droite du cadre. L’homme de gauche, accroché à son pupitre, commence à basculer en avant lorsque son voisin et d’autres personnes jusqu’alors hors du cadre se précipitent pour le retenir.

Outre le nom de compte de l’utilisateur, des pictogrammes (emojis ou émoticônes), un drapeau du Gabon et un texte en anglais sont insérés dans la vidéo. "President of Gabon Ali Bongo fell as he was giving his speech Ku summit", y est-il écrit textuellement, ce que l’on peut traduire en français littéralement par : « Le président du Gabon Ali Bongo est tombé alors qu'il prononçait son discours Sommet du Ku ».

 

Visuel SD Meta check relu CS Gabon-politique-election-presidentielle-Burkina-Faso

 

L’individu ayant publié cette vidéo sur Facebook se présente comme une femme.

Cette personne indique avoir étudié à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC) et travailler actuellement à Mulhouse, en France. Sa photo de profil affiche une femme debout, dont le visage n’apparaît pas à l’image. Elle a un coude posé sur un muret et a un drapeau de la RDC jeté sur une épaule.

La même vidéo a été partagée sur Facebook par d’autres internautes (1, 2, 3).

Références à un jeu vidéo ou une université états-unienne

La publication est truffée d’éléments surprenants, faisant douter de son authenticité.

Notre vérification confirme qu’il s’agit d’un contenu trompeur, utilisant une vidéo datant de 2013.

La recherche avec les mots « Sommet de Ku », comme écrit en français dans la légende de la vidéo, et « Sommet du Ku », selon la traduction du texte en anglais inséré dans la vidéo, n’affiche aucune actualité — récente ou ancienne — liée à une telle rencontre de dirigeants.

Les outils en lignes suggèrent de remplacer par « sommet de kun » et « Sommet de Kun-Lai », qui renvoient à l’univers d’un jeu vidéo, World of Warcraft, développé par une société états-unienne basée en Californie (ouest du pays).

En intégrant à la recherche la participation de dirigeants africains à cet éventuel « sommet de Ku », les résultats conduisent à un sommet de l’Université du Kansas (KU, pour Kansas University), dans le centre-ouest des États-Unis.

Drapeaux du Burkina Faso et de la Turquie

Dans la courte vidéo partagée sur Facebook et présentée comme celle de la chute du président gabonais Ali Bongo Ondimba, on peut reconnaître derrière les intervenants les drapeaux du Burkina Faso et de la Turquie.

Nos recherches font remonter à un extrait encore plus court de la même vidéo (11 secondes), sans la signature finale apparaissant sur Facebook, publié le 29 juillet 2023 sur TikTok par un utilisateur enregistré sous le pseudonyme de generationmedia24 (quelque 117 000 abonnés au 22 août 2023).

Cet individu se présente en anglais comme « journaliste et spécialiste du marketing » ("journalist & marketing practitioner"). Plusieurs hashtags accompagnent cette vidéo, qui avait été partagée quelque 20 000 fois au 22 août 2023 : #gravitytv #alibongo #garbontiktok?? #fall (#chute) #summit (#sommet) #africanleaders (#dirigeantsafricains), entre autres mots-clés.

 

Capture 2 Meta check relu CS Gabon-politique-election-presidentielle-Burkina-Faso

 

Vidéo de mai 2013 en Turquie

En commentaires à la publication, certains internautes signalent que l’homme qui tombe n’est pas Ali Bongo Ondimba, mais Djibril Yipènè Bassolé, plus couramment appelé Djibrill Bassolé.

Bassolé, un militaire de carrière, a occupé plusieurs fonctions de responsable gouvernemental au Burkina Faso durant la présidence (1987-2014) de Blaise Compaoré : il a notamment été ministre délégué puis ministre de la Sécurité entre 1999 et 2007, ensuite ministre des Affaires étrangères (2007-2008, 2011-2014).

En mai 2013, alors qu’il était en visite à Ankara, en Turquie, Djibrill Bassolé avait eu un malaise lors d’une conférence de presse commune avec le ministre turc des Affaires étrangères de l’époque, Ahmet Davutoglu, et s’était effondré devant les journalistes.

Plusieurs médias avaient rapporté cet incident, dont l’Agence France-Presse (AFP), dans une dépêche diffusée le 9 mai 2013, publiée le même jour par le magazine Jeune Afrique sur son site.

« Tandis que son homologue turc Ahmet Davutoglu répondait aux questions des journalistes sur la crise syrienne, M. Bassolé a d'abord vacillé, puis a fait une lourde chute sur le plancher. Le ministre turc et un garde du corps ont tenté d'atténuer la chute en le retenant par les bras, mais cela ne l'a pas empêché de s'effondrer », a expliqué l’AFP. « M. Bassolé s’est redressé quelques minutes après, puis est sorti en marchant de la salle de conférence et du bâtiment du ministère des Affaires étrangères, faisant un sourire en direction des nombreuses caméras présentes sur les lieux. Il a immédiatement été conduit dans un hôpital pour des examens, mais son état ne semblait pas susciter d’inquiétudes, a-t-on souligné de source turque », a ajouté l’agence.

L’AFP a également mis en ligne le 9 mai 2023 une vidéo de la scène (45 secondes) sur sa chaîne YouTube. Ce court film y demeurait consultable au 22 août 2023.

 

Capture 3 Meta check relu CS Gabon-politique-election-presidentielle-Burkina-Faso

 

« Coup de barre »

Le site LeFaso.net, spécialisé dans l’actualité burkinabè, fait partie des médias ayant évoqué à l’époque le malaise suivi de la chute de Djibrill Bassolé en Turquie. Dans un article publié le 9 mai 2013, il a rapporté des assurances de Bassolé quant à sa santé et parlé d'une fatigue subite. « Contacté par la télévision nationale du Burkina (Faso), le chef de la diplomatie rassure qu’il y a eu plus de peur que de mal et qu’il a été victime d’un ‘coup de barre’ dû à la fatigue du voyage », a écrit LeFaso.net.

Article rédigé par Azil Momar Lô, complété et édité par Coumba Sylla.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique