Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Inondations au Kenya : cette photo ne date pas de novembre 2023 (elle a été prise en 2019)

EN BREF – La photo de la publication vérifiée peut induire en erreur : elle a bien été prise lors d’inondations survenues au Kenya, mais pas en novembre 2023. Elle remonte à décembre 2019 et a été réalisée par un photographe de l’Agence France-Presse (AFP) dans la région de Kisumu, dans l’ouest du pays.

Sur Facebook, la page Afrique Infos 24h/24h a publié le 7 novembre 2023 un texte accompagné d’une photo évoquant des décès dans des inondations au Kenya.

Contexte

Le Kenya a enregistré en novembre 2023 des pluies diluviennes qui ont causé des inondations dévastatrices dans plusieurs région. Au 28 novembre 2023, elles avaient causé la mort de quelque 120 personnes, selon le ministère kényan de l’Intérieur.

Aux premiers jours des intempéries, les décès comptabilisés étaient le huitième de ce bilan.

Au moment où nous mettons cet article en ligne, la situation n’était pas à l’accalmie dans le pays où, selon le gouvernement, les pluies torrentielles ont provoqué le déplacement de près de 90 000 familles.

Ces fortes pluies, liées au phénomène climatique El Niño, selon les spécialistes, affectent d’autres pays d’Afrique de l’Est : Somalie, Éthiopie.

El Niño, ou oscillation australe El Niño, « est un cycle de réchauffement et de refroidissement » de températures observé « le long de l'équateur dans l'océan Pacifique », a indiqué la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC, pour International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies), dans une fiche d’information publiée le 24 juillet 2023. El Niño « se produit lorsqu'il y a une diminution des eaux froides qui remontent à la surface de la mer près de l'Amérique du Sud. Cela entraîne une augmentation des températures à la surface de la mer dans le Pacifique, ce qui réchauffe l'atmosphère au-dessus », a ajouté le réseau humanitaire international.

Cette perturbation provoque ainsi des pluies abondantes dans certaines régions, et des sécheresses dans d’autres.

Que dit la publication de la page Afrique Infos 24h/24h du 7 novembre 2023 ?

#Kenya : Au moins 15 décès consécutif à des inondations causées par des pluies torrentielles », c’est le titre du texte publié par Afrique Infos 24h/24h sur Facebook le 7 novembre 2023. « Au Kenya, des pluies torrentielles ont causé la mort d’une quinzaine de personnes. Ces pluies affectent l’Afrique de l’Est, entraînant des coupures de routes, la destruction de dizaines de maisons et la perte de bétail, a annoncé la Croix-Rouge kényane. (…) Au Kenya, les fortes pluies ont particulièrement touché le nord, qui est généralement aride », peut-on notamment y lire.

Il s’agit d’une dépêche d’agence datée du lundi 6 novembre 2023, faisant le point de la situation au Kenya à cette date. Nous l’avons retrouvée en tout ou partie sur le site de plusieurs médias (1, 2, 3 notamment), sans la signature Beyontz Mwangi visible sur la page Facebook d’Afrique Infos 24h/24h.

Cette publication est assortie d’une photo où l’on voit une demi-douzaine de personnes marchant dans une rue inondée, portant quelques effets personnels : chaise en plastique, matelas, bidons, sac…

La même publication – avec le même texte, la même photo et la même signature - a été partagée par d’autres sur Facebook (1, 2, 3).

Capture d'ecran 01 Meta check relu CS Kenya-inondations

À propos d’Afrique Infos 24h/24h

Selon les indications sur la transparence de la page, Afrique Infos 24h/24h a été créée le 8 août 2023 et s’est enregistrée comme un « kiosque à journaux ».

En revanche, aucun renseignement n’a été communiqué sur le pays ou les pays d’où elle est gérée ou encore sur les villes d’origine ou de résidence de son ou ses administrateurs.

Capture d'ecran 02 Meta check relu CS Kenya-inondations

Une photo d’inondations prise au Kenya en décembre 2019

La recherche inversée d’images à partir du logiciel TinEye nous a permis de constater que la photo de la publication vérifiée n’a pas été prise en novembre 2023.

Nous l’avons retrouvée sous le numéro 1186285970 dans les archives de Getty Images, agence américaine de photos et banque d’images.

Selon la légende, la photo a été prise par Casmir Oduor pour l’Agence France-Presse (AFP) le 3 décembre 2019 dans les environs de K’akola (ou Kakola), un village dans l’ouest du Kenya. K’akola est situé dans le département (sous-comté) de Nyando, dans la région de Kisumu.

La photo montre des familles quittant leurs domiciles « après que leurs maisons ont été inondées le 3 décembre 2019 », est-il précisé dans le texte. « Au moins 210 familles de Nyando » avaient alors « été déplacées par les inondations dans la région ».

(Pour les captures d’écran ci-dessous, nous avons utilisé une traduction automatique de l’anglais vers le français faite par Bing, moteur de recherche de Microsoft.)

Capture d'ecran 03 Meta check relu CS Kenya-inondations
Capture d'ecran 04 Meta check relu CS Kenya-inondations

En plus d’El Niño, La Niña

El Niño n’est qu’une partie du « cycle de réchauffement et de refroidissement » de la température » le long de l'équateur dans l'océan Pacifique, selon la fiche d’information de l’IFRC évoquée plus haut dans cet article.

« El Niño est la partie du cycle qui se réchauffe », et « la partie froide du cycle est appelée La Niña et a l'effet inverse », peut-on y lire. « Les phénomènes El Niño et La Niña se produisent tous les deux à sept ans. Ils durent généralement de 9 à 12 mois, mais il est arrivé qu'ils durent plusieurs années d'affilée », y est-il précisé.

Nous avons interrogé sur le logiciel de conversation s’appuyant sur l’intelligence artificielle ("chatbots") ChatGPT sur ces phénomènes, en lui demandant de les rendre clairs pour un élève d’école primaire.

« El Niño et La Niña sont comme les deux côtés d'une pièce de monnaie qui se produisent dans l'océan Pacifique », a répondu ChatGPT, développé par la société OpenAI, basée aux États-Unis. « Imagine que l'océan est une grande baignoire. Pendant El Niño, le côté de l'océan près de l'Amérique du Sud devient plus chaud que d'habitude, apportant beaucoup de pluie et parfois des tempêtes. C'est comme si la baignoire était trop pleine d'eau. À l'inverse, pendant La Niña, ce côté de l'océan devient plus froid, et cela peut causer des temps plus secs dans certaines régions. C'est comme si la baignoire n'avait pas assez d'eau. Donc, El Niño est comme un hiver pluvieux, tandis que La Niña est comme un hiver plus sec. Les deux peuvent changer la météo autour du monde », a ajouté le chatbot.


Article complété et édité par Coumba Sylla.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique