Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Certaines de ces images ne sont pas celles de violences survenues en juillet 2023 au Kenya

EN BREF - Trois des cinq photos de cette publication sur Facebook sont antérieures aux contestations de juillet 2023 au Kenya.

Dans une publication sur Facebook datée du 8 juillet 2023 et concernant le Kenya, la page Africaguinee.com a rapporté : « La police a fait usage hier (NDLR : le 7 juillet) de gaz lacrymogène contre le convoi du chef de l'opposition Raila Odinga à Nairobi ». « Comme dans d'autres villes du pays, une manifestation anti-gouvernementale contre de nouvelles taxes s'y déroulait », a-t-elle précisé.

Le texte est illustré par une série de cinq images - la quatrième image étant un collage de deux photos — montrant des protestations dans des rues.

Contexte de la publication

La publication de la page Africaguinee.com fait suite à une vague de contestations le vendredi 7 juillet 2023 à l’appel de l’opposant politique Raila Odinga pour contrer la nouvelle loi de Finances qui prévoit de nouvelles taxes et des augmentations sur des produits de base.

Selon un article mis en ligne le 20 juillet 2023 par le journal français Le Monde, le texte « introduit plusieurs nouveaux impôts : prélèvement de 3 % sur les salaires pour financer un fonds des logements abordables ; doublement de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée, NDLR) sur les carburants (à 16 %) ; passage à 35 % (contre 30 % auparavant) de l’impôt sur le revenu au-delà de 3 600 dollars (3 200 euros) et même instauration d’une taxe de 15 % sur les revenus des influenceurs ». En revanche, de même source, « la loi supprime, les taxes sur les hélicoptères, moyen de transport favori des politiciens kényans ».

Au moins 13 personnes ont été tuées en lien avec ces manifestations et de leurs suites, notamment le 12 juillet 2023 et le 19 juillet 2023, et plus de 300 autres ont été arrêtées, selon un bilan rapporté par le journal français Libération dans un article mis en ligne le 13 juillet 2023.

Au tout premier jour des contestations, le 7 juillet 2023, les forces de l’ordre ont été accusées de faire usage de gaz lacrymogènes contre le convoi du chef de l'opposition Raila Odinga à Nairobi.

Dans une déclaration commune de leurs ambassades au Kenya rendue publique le 18 juillet 2023, treize États occidentaux, dont les États-Unis et le Royaume-Uni, ont fait part de leur crainte liée aux « niveaux élevés de violence » lors des dernières manifestations, invitant les différentes parties à « résoudre pacifiquement leurs différends ».

 

Capture d'écran de la publication

À propos d’Africaguinee.com

Cette page se présente comme une société de médias et d’actualités.

Elle a été créée le 30 août 2019 et est gérée depuis la Guinée et la France, comme nous pouvons le voir dans les indications sur sa transparence.

 

Capture 02 Meta check relu CS Kenya-violences-juillet 2023

 

En effectuant une recherche inversée d’images à partir des outils TinEye et Google Images, nous retrouvons plus d’informations sur ces photos.

Deux images datant de mars 2023

La première image laissant voir l’usage d’un canon à eau sur des manifestants apparaît dans un article du journal Le Monde mis en ligne le 21 mars 2023. Cette photo illustre le texte, intitulé : « Au Kenya, 238 civils arrêtés et 31 policiers blessés lors de manifestations contre l’inflation et le gouvernement ». Sa légende indique : « Des canons à eau visent des manifestants à Nairobi, le 20 mars 2023. Thomas Mukoya / Reuters ».

Les manifestations de mars 2023 au Kenya ont opposé les forces de l’ordre aux partisans de l’opposition menée par Raila Odinga. Malgré l’interdiction des autorités, Odinga avait appelé à des protestations contre l'inflation. Candidat malheureux de la présidentielle du 9 août 2022, il clamait que l'élection lui avait été « volée » et que le gouvernement de William Ruto était « illégitime ».

 

Capture 03 Meta check relu CS Kenya-violences-juillet 2023

 

L’image a été prise par le photographe kényan Thomas Mukoya pour l'agence britannique de presse Reuters. Nous la retrouvons d’ailleurs dans la photothèque de cette agence sous la référence d’identification « IMAGE ID : RC2SXZ9XRFK5 », avec des détails notamment sur la dimension de la photo, sa taille, le poids du fichier, l’auteur de la photo, le pays et la ville où elle a été prise.

 

Capture 04 Meta check relu CS Kenya-violences-juillet 2023

 

S’agissant de la troisième image, les résultats de la recherche d’image inversée nous permettent de voir qu’elle est disponible dans un article publié le 20 mars 2023 en anglais par le média Arab News. (Note : La légende ci-après et la capture d’écran proviennent d’une traduction de l’anglais vers le français.)

« Des personnes ont également allumé des pneus tandis que la police a utilisé des canons à eau pour disperser les manifestants dans le plus grand bidonville de Nairobi, Kibera, ci-dessus, un bastion du leader de l'opposition Raila Odinga. (AFP) », indique la légende.

 

 

Capture 05 Meta check relu CS Kenya-violences-juillet 2023

 

La photo provient en effet de l’AFP, initiales de l’Agence France-Presse. Et elle est visible dans la base de données de cette agence (référence « 000_33BN9BA »), où nous pouvons peut lire qu’elle a été réalisée le 20 mars 2023 par Luis Tato.

 

Capture 06 Meta check relu CS Kenya-violences-juillet 2023

 

Une image de mai 2016

La deuxième image, quant à elle, a été publiée dans un article mis en ligne le 16 mai 2016 par le diffuseur public américain La Voix de l’Amérique sur son site Afrique (VOA Afrique). D’après la légende, elle montre « des manifestants qui fuient la police pendant les émeutes à Nairobi, au Kenya, le 16 mai 2016 ».

 

Capture 07 Meta check relu CS Kenya-violences-juillet 2023

 

Cette illustration figure également dans la photothèque de Reuters (« Image ID: S1BETEJQMHAA »), où l’on apprend qu’elle a été prise par Goran Tomasevic le 16 mai 2016 à Nairobi.

 

Capture 08 Meta check relu CS Kenya-violences-juillet 2023

 

Une image des heurts de juillet 2023

La quatrième image de la publication de la page Africaguinee.com est un collage de deux photos du même événement.

La recherche inversée d’images nous permet de voir qu’elle a été prise lors des manifestations de juillet 2023 au Kenya. Elle a en effet été postée le 7 juillet 2023 par le média kényan en ligne Kenyans.co.ke (ou Kenyans tout court) sur le réseau social Twitter (rebaptisé « X » par Elon Musk, qui l’a racheté en octobre 2022). Dans le texte au-dessus de l’image, traduit de l’anglais au français, nous pouvons lire : « Le convoi de Raila vers le CBD de Nairobi rencontre son premier barrage routier de la police ».

CBD est le sigle de l’expression en anglais « Central Business District », qui « désigne le centre des affaires dans les grandes villes américaines, mais le terme est désormais utilisé ailleurs. En français, l'expression « centre des affaires » le remplace avantageusement », renseigne le dictionnaire français Larousse sur son site. « C'est le quartier central de la ville où se concentrent les activités financières (Bourse, banques, assurances), les sièges sociaux d'entreprises, certaines activités de service destinées aux entreprises (conseil juridique, conseil fiscal, informatique) ou aux personnes fréquentant le centre (hôtels, restaurants), enfin les activités commerciales supportant des loyers élevés. Les immeubles résidentiels en ont souvent disparu », précise le Larousse.

 

Capture 09 Meta check relu CS Kenya-violences-juillet 2023

 

Nous avons interrogé par courrier électronique Kenyans.co.ke sur la date de cette photo. Le site a confirmé que l’image « a été prise le 7 juillet 2023 à Nairobi », soit le jour même où elle a été postée sur Twitter.

Le média kényan nous a en outre transmis le lien de la diffusion en direct sur Facebook du « rassemblement pour la démocratie » initié par Raila Odinga, où les deux images ont été capturées entre 1 heure 12 minutes et 1 heure 13 minutes de lecture (à 1:12:04 pour la première, et à 1:12:52 pour la seconde).

CAPTURES 10 (1, 2) VIDEO

Capture 10-1 Meta check relu CS Kenya-violences-juillet 2023

(...)

Capture 10-2 Meta check relu CS Kenya-violences-juillet 2023

Article rédigé par Faysal Arnold Boukary, avec la contribution de Dieynaba Thiombane.

Édité par Coumba Sylla.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique