Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Cette image ne date pas de mars 2024, elle a été prise en août 2013 sur l'esplanade de la mosquée Hassan II à Casablanca

EN BREF - L'image est constituée de deux photographies prises sur l’esplanade de la mosquée Hassan II à Casablanca, au Maroc, en 2013.

Des milliers de membres de la communauté musulmane à travers le monde ont débuté depuis le 10 ou le 11 mars 2024 (dépendant du jour où le croissant lunaire a été aperçu dans le pays), le mois du ramadan. Constituant l'un des cinq piliers de l'Islam, ce mois de jeune se terminera par la fête de l'Aïd el Fitr. 

Sur Facebook, une publication de la page MAROC prétend montrer « des milliers de fidèles à la prière des “tarawih” à la mosquée Hassan II Casablanca ». La publication est datée du 13 mars 2024.

Les Tarawih sont des prières nocturnes pratiquées pendant le mois de ramadan par les musulmans. Il s’agit de prières surérogatoires faites en groupe et à la mosquée. 

Capture d'écran de la publication

La publication a été largement diffusée sur la plateforme (1,2,3,4)

Des images prises sur l’esplanade de la mosquée Hassan II à Casablanca, au Maroc, en 2013

En observant l’image de plus près, nous pouvons voir qu’il s’agit d’un montage de deux photos distinctes. 

La recherche inversée d’images que nous avons faite en utilisant le logiciel TinEye, nous a permis de retrouver les photos dans la banque d’image en ligne de l’Agence de presse Reuters

Selon les résultats de la recherche, elles ont été prises le 5 août 2013. On peut les voir ici et ici.  

Capture d'écran de la publicationCapture d'écran de la publication

« Les fidèles prient sur l'esplanade de la mosquée Hassan II lors de Laylat al-Qadr pendant le mois sacré du Ramadan, à Casablanca début 5 août 2013. Laylat al-Qadr », indique la légende.


Article édité par Valdez Onanina

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique