Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Cette photo n’a pas été prise les lieux de l’attaque d’un arsenal à Freetown, en Sierra Leone, en novembre 2023 (elle date de la guerre civile 1991-2002)

EN BREF – L’image de la publication vérifiée a été prise en mai 2000, alors que la Sierra Leone était en proie à une guerre civile (1991-2002).


AVERTISSEMENT AU PUBLIC - Cet article mentionne des violences et contient des liens indiqués à des fins d’authentification, de véracité, dans le cadre de notre démarche. Certains de ces liens mènent à des photos d’une extrême violence, ne convenant pas à un jeune public et à un public non averti. Leurs descriptions et/ou images pourraient heurter certaines sensibilités ou réveiller des traumatismes.


Sur Facebook, la page appelée LCA a partagé le 27 novembre 2023 un texte accompagné d’une photo traitant d’une attaque d’un dépôt d’armes à Freetown, la capitale de la Sierra Leone.

Contexte : l’attaque du 26 novembre 2023 à Freetown et ses suites

Tôt le matin du 26 novembre 2023, des individus non identifiés ont attaqué un arsenal d’une caserne dans le quartier de Wilberforce, à Freetown, mais ils ont été repoussés par des membres des forces de défense et de sécurité, a affirmé le président sierra-léonais Julius Mada Bio dans un message à la Nation diffusé le même jour.

Un couvre-feu (de 21 h 00 à 6 h 00 locales) a été décrété dans la foulée de cette attaque, qualifiée par le gouvernement sierra-léonais de tentative de coup d’État mise en échec.

Outre le dépôt d’armes de la caserne de Wilberforce, des hommes armés ont également attaqué deux autres casernes, deux prisons et deux postes de police, selon le ministre le ministre sierra-léonais de l’Information et de l’Éducation civique, Chernor Bah, qui a fait état de trois assaillants tués.

Dix-huit membres des forces de défense et de sécurité (quinze militaires, deux policiers et un membre des services pénitentiaires) ont été tués dans cette bataille, selon les autorités, qui leur ont rendu hommage lors d’une cérémonie d’obsèques le 6 décembre 2023.

Lors d’une conférence de presse le 12 décembre 2023 à Freetown, les autorités ont indiqué avoir arrêté 80 personnes dans le cadre de l’enquête sur ces violences, majoritairement des militaires, et avoir récupéré des armes de putschistes présumés. De mêmes sources, l’ancien président sierra-léonais (2007-2018) Ernest Bai Koroma considéré comme un des suspects des troubles. Il avait été interrogé plusieurs fois par la police sur l’attaque, et placé sous une forme d’assignation à résidence. Plusieurs autres personnes, dont la fille de Koroma, sont recherchées dans le cadre de l’enquête.

Le gouvernement a levé le couvre-feu le 20 décembre 2023.

À propos de la publication de LCA du 27 novembre 2023

« Sierra Leone, une attaque d'un Camp militaire de dépôt d'armes a été repoussée dans la nuit de samedi à dimanche (du 25 au 26 novembre 2023, NDLR). Un couvre-feu a été décrété dans la capitale Freetown », a écrit LCA sur Facebook le lundi 27 novembre 2023 au matin.

Ce texte est accompagné d’une photo où l’on voit des personnes en tenues militaires de camouflage pour certaines, en civil pour d’autres, dans un environnement qui semble rural, avec des animaux (des ovins ou des caprins), des cases en toit de paille et de la végétation caractéristique d’une région tropicale ou subtropicale. Certains individus en tenues militaires sont équipés d’armes, des barrières ou fortifications sont aussi visibles sur l’image. Certains habillés en civil semblent vaquer à leurs occupations habituelles, étendant du linge ou seau à la main.

Capture 1 Meta check relu CS SierraLeone-armee-attaque-coup

Dans le quart inférieur droit de la photo, on peut lire « gettyimages Credit: Patrick Robert – Corbis ». Le coin inférieur gauche affiche l’icône d’un appareil photo au-dessus d’un numéro à neuf chiffres : « 536011576 ».

Capture 2 Meta check relu CS SierraLeone-armee-attaque-coup

À propos de la page Facebook LCA

Selon les indications sur sa transparence, cette page a été créée le 5 mars 2018 et elle est gérée par plusieurs personnes depuis le Burkina Faso.

Dans sa présentation (partie Intro), LCA a détaillé ses initiales : « La chaîne au Coeur de l'Afrique ». Elle s’est enregistrée comme un « programme TV ».

Elle est liée à une adresse physique à Koubri, dans le centre du Burkina Faso, ainsi qu’à un numéro de téléphone burkinabè et une adresse de courriel de la messagerie gratuite Gmail.

Capture 3 Meta check relu CS SierraLeone-armee-attaque-coup
Capture 4 Meta check relu CS SierraLeone-armee-attaque-coup

Photo bien prise en Sierra Leone, mais en mai 2000

En utilisant le logiciel de recherche inversée d’images TinEye et les détails écrits sur la photo, nous n’avons aucun mal à la retrouver dans les archives en ligne de Getty Images.

La photo d’origine y est référencée sous le numéro 536011576, qui est numéro à neuf chiffre visible sur l’image de la publication que nous vérifions. Elle est signée : « Patrick Robert – Corbis », mention figurant également sur la photo de la publication concernée.

Capture 5 Meta check relu CS SierraLeone-armee-attaque-coup

 


Capture 6 Meta check relu CS SierraLeone-armee-attaque-coup

D’après les détails fournis par Getty Images, elle a été prise le 18 mai 2000 en Sierra Leone, sans indication de localité.

La légende mentionne simplement en anglais : « Civil war in Sierra Leone. (Photo by © Patrick Robert/Sygma/Corbis/Sygma via Getty Images) », c’est-à-dire « Guerre civile en Sierra Leone. (Photo par © Patrick Robert/Sygma/Corbis/Sygma via Getty Images) ».

Corbis (Corbis Photo) était une plateforme de distribution d’archives photographiques créée en 1989 par l’entrepreneur et milliardaire américain Bill Gates. Selon des spécialistes, elle était devenue « un géant de l'archive photo » en rachetant « de multiples structures comme l’agence française Sygma ou le fonds Bettman. Dans le monde des grandes agences photographiques, Corbis et Getty faisaient d’ailleurs figure de frères ennemis, peut-on lire dans un article publié le 10 mai 2016 par le site spécialisé Réponses Photo.

En janvier 2016, selon la même source, « l’ensemble des archives photographiques de Corbis » a été racheté par une société chinoise, filiale d’un groupe chinois, Visual China Group (VCG). Et VCG « a confié la distribution hors Chine du fonds Corbis à Getty Images ».

Patrick Robert est, selon son site, un reporter photographe français ayant couvert en quatre décennies beaucoup de conflits à travers le monde, incluant la guerre civile ayant éprouvé la Sierra Leone de 1991 à 2002.

Innombrables morts, blessés et mutilés entre 1991 et 2002 en Sierra Leone

Cette guerre a fait quelque 120 000 morts, selon un bilan régulièrement évoqué dans des documents de diverses sources et des médias, certains évoquant « entre 50 000 et 200 000 » morts. Elle a aussi fait des centaines de milliers de mutilés, réfugiés et déplacés.

Voici ce qu’on peut lire dans un document destiné aux médias publié le 4 août 2010 par l’organisation de défense des droits humains Amnesty International : « Durant la guerre civile qui a déchiré la Sierra Leone, environ 75 000 civils ont été tués – selon les estimations, le nombre total des morts liées au conflit serait compris entre 50 000 et 200 000. Plus d'un tiers de la population a été déplacé, soit plus de deux millions de personnes. En Sierra Leone, un nombre extrêmement élevé de femmes et de filles ont été victimes de viols ou d'autres violences sexuelles. Plus de 5 000 enfants – garçons et filles – ont été enrôlés de force par les forces gouvernementales comme par celles de l'opposition. Et cette guerre a en outre été particulièrement marquée par d'autres atrocités : les amputations et mutilations ».


Article complété et édité par Coumba Sylla.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique