Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Burkina Faso : l’image du missile apparaissant dans cette publication n'a aucun lien avec les frappes de l’armée contre des « terroristes » à Kankanmogré en avril 2024

EN BREF - L'image vérifiée est tirée d’une vidéo promotionnelle d’un missile turc publiée en mars 2023.

Le 2 avril 2024, l’armée burkinabè a largué des bombes sur « des groupes de terroristes qui avaient trouvé refuge au cœur de la forêt de Kankanmogré, dans la région du centre-est du Burkina Faso », d’après des sources sécuritaires relayées par l’Agence d’Information du Burkina (AIB). 

Dans une publication faite le même jour, la page Bobo Dioulasso Afferage a relayé cette information, l’accompagnant d’une série de quatre images prétendant montrer l’assaut de l’armée burkinabè. D’autres internautes ont reproduit cette même publication (1,2,3,4,5). Une de ces images figurant dans ce post montre notamment un missile accroché au bas d’un avion; mais vérification faite, ladite image n’a rien à voir avec l’évènement qu’elle est censée décrire. On vous explique pourquoi. 

Capture d'écran de la publication


Une image tirée d’une vidéo promotionnelle du missile turc Bayraktar en mars 2023

En effectuant une recherche d’image à partir de TinEye, nous avons pu constater que cette image montrant un missile encore accroché à un avion apparaît dans une vidéo mise en ligne par le 8 avril 2023 par le média turc « Türkiye Gazetesi ».

« Le premier missile guidé supersonique de Turquie a été lancé (...) », indique l’intitulé de la vidéo. 

Capture d'écran de la publication


Nous pouvons lire sur le missile l’inscription « Roketsan », également visible sur la photo que nous vérifions. Une recherche Google à partir des mots clés « Missile - Roketsan - avril 2023 » nous a permis de retrouver l’origine exacte de cette image. 

On la retrouve dans une vidéo promotionnelle publiée le 31 mars 2023 sur X par la société turque Baykar, spécialisée dans le développement de drones. 

Capture d'écran de la publication

 

« Bayraktar #AKINCI #İHA230 Test de tir de missile supersonique », peut-on lire en anglais. 


En outre, les trois autres images qui figurent dans la publication que nous examinons apparaissent quant à elles entre la 2e et la 3e minute de cette vidéo du journal du 2 avril 2024 de la Radiodiffusion Télévision du Burkina (RTB). Elles sont donc bel et bien liées aux frappes aériennes effectuées par l’armée burkinabè sur des présumés terroristes dans la forêt de Kankanmogré, dans le centre-est du Burkina Faso. 


Article édité par Dieynaba Thiombane et Valdez Onanina.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique