Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Faux, le Sénégal n'a pas adopté officiellement l'arabe comme langue officielle 

EN BREF - Il s’agit d’une fausse rumeur. 

Au Sénégal, le président Bassirou Diomaye Faye a annoncé, le 17 avril 2024, la création d’une direction des Affaires religieuses et de l’Insertion des diplômés de l’enseignement arabe

Cet organe, directement rattaché à la présidence, est selon le média Jeune Afrique, « une adaptation du Bureau d’assistance aux écoles coraniques qui existait déjà sous (l’ancien président) Macky Sall ».

Dans ce contexte, une publication faite le 1ᵉʳ mai 2024 par la page Facebook Debout congolais indique : « Le Sénégal adopte officiellement l'arabe comme langue maternelle, au détriment de la langue française (...) ». 

De nombreux autres utilisateurs ont partagé cette publication sur le réseau social (1,2,3,4,5,6). 

Capture d'écran de la publication

 

Une fausse information

Le gouvernement sénégalais n’a fait aucune annonce sur l’adoption de l'arabe comme langue officielle contrairement à ce que prétendent les différentes publications. 

Au 13 mai 2024, cette prétendue mesure n’avait été mentionnée dans aucun des différents communiqués du Conseil des ministres publiés depuis l’arrivée de Bassirou Diomaye Faye au pouvoir, le 2 avril 2024.

Capture d'écran de la publication

 

Par ailleurs, en consultant la Constitution sénégalaise, nous pouvons voir que l’arabe n’est pas la langue officielle. « La langue officielle de la République du Sénégal est le Français. Les langues nationales sont le Diola, le Malinké, le Pular, le Sérère, le Soninké, le Wolof et toute autre langue nationale qui sera codifiée », est-il indiqué dans l’article 1 de la Constitution du Sénégal. 


Article édité par Valdez Onanina.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique