Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Cette photo n'est pas liée aux attaques de décembre 2023 dans le centre du Nigeria : elle a été prise en juin 2016 au Niger

EN BREF – L’image de la publication vérifiée peut induire en erreur : elle n’a pas été prise en décembre 2023 dans l'État du Plateau, dans le centre du Nigeria, mais en juin 2016 au Niger, pays voisin, par un photographe de l’Agence France-Presse (AFP).

Sur Facebook, la page appelée 223 infos a posté le 25 décembre 2023 un texte accompagné d’une photo traitant d’attaques ayant fait plusieurs dizaines de morts entre les 23 et 25 décembre 2023 dans l'État du Plateau, dans le centre du Nigeria.

Ce que l’on sait de ces attaques à la date du 28 décembre 2023

Selon des autorités locales et fédérales nigérianes, entre le samedi 23 et le lundi 25 décembre 2023, des groupes armés ont attaqué une vingtaine de villages dans l'État du Plateau.

Au moins 198 personnes ont été tuées dans les violences, ont indiqué le 27 décembre 2023 des responsables locaux, parlant de « massacres ». Ce bilan, qui s’est alourdi depuis le 25 décembre 2023, est le dernier décompte officiel disponible au moment où nous publions cet article. Les victimes ont été dénombrées en majorité dans les zones des gouvernements locaux de Bokkos et Barkin Ladi.

Les gouvernements locaux - le pays en compte 774 - sont un des trois niveaux ou échelons du système de gouvernement du Nigeria, avec le gouvernement fédéral et les États fédérés (36 États et le Territoire de la capitale fédérale, Abuja).

Outre les morts, quelque « 500 blessés et des milliers de déplacés » ont été recensés à la date du 26 décembre 2023, a indiqué le président du conseil du gouvernement de Bokkos, Monday Kassah, cité dans une dépêche de l’Agence France-Presse (AFP) diffusée le même jour et reprise par des médias et sites d’information. De même source, « les attaques étaient bien coordonnées ».

Jusqu’au 28 décembre 2023, les auteurs de ces attaques n’étaient pas encore identifiés. Ils sont qualifiés de « bandits par les autorités ».

« Les populations des régions du nord-ouest et du centre du Nigeria vivent dans la terreur des attaques des groupes jihadistes et des bandes criminelles qui pillent les villages et tuent ou enlèvent leurs habitants », peut-on lire dans une des dépêches de l’AFP diffusée le 26 décembre 2023 sur les violences dans l'État du Plateau.

L’insécurité est un des défis majeurs pour les dirigeants de ce vaste pays d’Afrique de l’Ouest, confronté à des groupes jihadistes, des actes de banditisme, des enlèvements et une insurrection séparatiste.


Lire notre fiche d’information sur les élections générales de 2023 au Nigeria.


À propos de la publication de la page Facebook 223 infos que nous vérifions

« Nigeria: Au moins 113 personnes ont été tuées dans des attaques menées par des groupes armés samedi et dimanche dans plusieurs villages de l’Etat du Plateau, dans le centre du Nigeria, a annoncé lundi le gouvernement local », a écrit 223 infos, le lundi évoqué étant le 25 décembre 2023. Il s’agit d’un extrait d’une dépêche de l’AFP. « ‘Au moins 113 corps ont été retrouvés alors que les hostilités démarrées samedi (23 décembre 2023, NDLR) se poursuivaient lundi matin’, a déclaré à l’AFP Monday Kassah, président du conseil du gouvernement local de Bokkos, dans l’Etat du Plateau. Le bilan donné samedi soir par l’armée donnant 16 morts est considérablement alourdi », peut-on encore lire dans ce texte.

La publication est assortie d’une photo où l’on voit deux hommes vêtus de tenues militaires à côté d’un véhicule militaire de combat incendié. À droite du cadre, au premier plan, l’un des deux hommes, casque sur la tête, regarde l’objectif du photographe. L’autre homme, au second plan, porte un gilet pare-balles mais pas de casque, il a la tête couverte d’un bonnet ou d’un turban. En arrière-plan, un arbre aux branches en grande partie dégarnies indique que les personnages sont dans un environnement de type sahélien ou de climat aride. Les hommes sont photographiés à mi-cuisses, leurs pieds et le sol ne sont pas montrés.

Capture 01 Meta check relu CS Nigeria-attaques-Noel-2023-Etat-Plateau

À propos de la page Facebook 223 infos

À sa création, le 6 juin 2020, cette page s’est enregistrée comme un « site web d’actualités » et, dans sa présentation (Intro), elle clame :  « Informations fiables en temps réel pour nos abonnés ».

Selon les renseignements fournis à Facebook, elle est gérée par plus d’une personne depuis le Mali. Elle a indiqué être basée à Bamako, la capitale malienne. Elle est liée à un numéro de téléphone portable malien, une adresse électronique de la messagerie gratuite Gmail ainsi qu’à un site qui n’était pas accessible au 28 décembre 2023.

Capture 02 Meta check relu CS Nigeria-attaques-Noel-2023-Etat-Plateau

 


Capture 03 Meta check relu CS Nigeria-attaques-Noel-2023-Etat-Plateau

Photo prise en juin 2016 à Bosso, au Niger

La recherche sur la photo avec des outils dédiés, dont Small SEO Tools et Google Images, a conduit à plusieurs pages avec une légende détaillée, ce qui nous a permis de remonter à l’image d’origine.

Nous l’avons retrouvée sous le numéro 540911590 dans les archives de la banque de contenus visuels en ligne Getty Images.

Selon la légende (en anglais), elle a été prise le 17 juin 2016 à Bosso, une localité de la région de Diffa, dans le sud-est du Niger par Issouf Sanogo, photographe à l’AFP.

Elle a été réalisée à l’occasion d’une visite du ministre nigérien de l’intérieur d’alors au camp militaire de Bosso et elle donne à voir des soldats nigériens « à côté d'un véhicule de transport de troupes endommagé le 17 juin 2016 ». Quelques jours auparavant, le 9 juin 2017, un poste militaire avait été attaqué par des membres du groupe islamiste armé Boko Haram. Créé au Nigeria en 2002, Boko Haram a étendu ses attaques sanglantes à plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Capture 04 Meta check relu CS Nigeria-attaques-Noel-2023-Etat-Plateau

 


Capture 05 Meta check relu CS Nigeria-attaques-Noel-2023-Etat-Plateau

Photo trompeuse recadrée

Nous pouvons remarquer que l’image de la publication vérifiée a été rognée.

Le cadre de la photo d’origine est plus large : le soldat au second plan y apparaît de la tête aux pied ; le militaire au premier plan avec casque, jusqu’aux chevilles. Ils sont sur un terrain sablonneux. Au sol, sont visibles des objets militaires, des caisses de munitions et divers débris.

Capture 06 Meta check relu CS Nigeria-attaques-Noel-2023-Etat-Plateau

Article complété et édité par Coumba Sylla.

 

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique