Retour sur Africa Check

République démocratique du Congo : non, cette photo ne montre pas une femme battue sur ordre d’un responsable du groupe armé M23 dans le Nord-Kivu

EN BREF - La photo ne montre pas une femme battue sur ordre d’un responsable du groupe armé M23 dans le Nord-Kivu. Elle circule sur internet depuis avril 2022 et elle est liée à un fait de société au Cameroun dans lequel un pasteur avait battu sa femme jusqu'à l'agonie selon des médias camerounais.

Avertissement : Cet article contient des images violentes et des liens menant à des images violentes, qui peuvent heurter certains publics.

Le 16 mars 2023, une page Facebook enregistrée en République démocratique du Congo (RDC), appelée Is infiniment, a publié un message sur l’agression violente supposée d’une femme sur ordre, selon l’auteur de la publication, d’un responsable du Mouvement du 23 mars (M23, rébellion armée congolaise). Ce responsable serait lié également à l’armée du Rwanda voisin, souvent désignée par le sigle RDF, pour Rwanda Defence Force, les Forces de défense rwandaises.

Le M23 est l’un des groupes armés actifs dans l’est de la RDC, en proie à des résurgences de combats et de violences depuis près de trente ans. Après avoir fait taire les armes pendant une dizaine d’années, il a repris les attaques en novembre 2021. Les affrontements entre rebelles et militaires congolais (ou FARDC, pour Forces armées de la RDC) se déroulent notamment dans le Nord-Kivu, frontalière du Rwanda. La RDC accuse le Rwanda de soutenir les rebelles congolais, ce que conteste Kigali qui, en retour, accuse Kinshasa de collaborer avec la rébellion rwandaise des FDLR, les Forces démocratiques de libération du Rwanda.

Sur ce sujet, lire aussi notre vérification du Programme Meta de vérification des informations : Non, le Rwanda n'a pas promis « de chasser tous les Congolais » de son territoire

S’exprimant le 29 mars 2023 devant le Conseil de sécurité des Nations unies, la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU pour la RDC, Bintou Keïta, a parlé d’une dégradation « considérable » de la situation sécuritaire dans l’est de ce pays, ajoutant que le conflit y infligeait « des souffrances intolérables aux populations civiles ». « Au Nord-Kivu en particulier, les affrontements entre le M23 et les FARDC ont forcé 900 000 personnes à se déplacer », a déclaré Keïta, également cheffe de la Monusco, la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo.

Que dit la publication du 16 mars 2023 sur Facebook ?

Le message publié le 16 mars 2023 par la page Is infiniment est truffé de fautes de français. « Pour avoir refusé de couchée avec Lawrence kanyuka ( porté parole des éléments envahisseurs M23 RDF), Madame #Jeannette de Rubare vient d'être tabassée et abandonnée à Demi mort sur ordre de Lawrence kanyuka. Que justice soit rendue », peut-on lire dans cette publication, assortie d’une photo de mauvaise qualité montrant le visage tuméfié d’une femme, avec des sillons de larmes de sang.

Lawrence Kanyuka est « le porte-parole politique » du M23 et le chef du « département de la communication et des médias » du mouvement, selon son compte Twitter.

Rubare est une localité dans la zone (« territoire ») de Rutshuru, dans le Nord-Kivu.

L’allégation d’Is infiniment sur la femme agressée et violentée para également été rapportée ailleurs sur Facebook (1, 2, 3).

Capture d'écran de la publication

À propos de la page

D’après les informations concernant la transparence de cette page, Is infiniment a été lancée le 23 janvier 2023 par un individu présenté comme un créateur digital.

Capture 2 Meta check relu CS RDC-violences-femmes-M23

La partie « Intro », renseignée dans un français également bancal, mentionne « Médias de créativité, informations et divertissement ».

La page est associée à un numéro de téléphone localisé en RD Congo d’après l’indicatif, une adresse électronique gratuite  et à un blog  (http://isinfiniment.blogspot.com/2023/). Ce site personnel, dont les premières archives remontent à janvier 2023, semble surtout agréger du contenu concernant la RDC, avec des titres présentant les mêmes lacunes de français que le texte de la publication du 16 mars 2023.

Capture 3 Meta check relu CS RDC-violences-femmes-M23

Photo de 2022 du Cameroun

Une recherche inversée d’images grâce à l’outil de vérification InVID permet de retrouver la photo publiée le 16 mars 2023 par la page Facebook Is infiniment que nous vérifions : elle figure dans un article mis en ligne le 20 avril 2022 par CamerounWeb, un site d’information sur le Cameroun. Selon cet article, il s’agit de l’épouse d’un pasteur, victime de violences conjugales. Le texte ne donne pas de détails sur la date et l’auteur de la photo.

Capture 4 Meta check relu CS RDC-violences-femmes-M23

Des recherches plus poussées permettent de retrouver sur Facebook des images partagées par une autre personne et montrant la même femme sous d’autres angles, bleus au visage, yeux et lèvres tuméfiés, saignant d’un œil.

Dans un autre article sur le sujet publié le 22 avril 2022, CamerounWeb rapporte que l’époux agresseur a été relevé de ses fonctions de pasteur.

Précision reçue du Cameroun

Pour les besoins de la recherche, Africa Check a sollicité la journaliste camerounaise Marthe Ndiang, vérificatrice de faits à DataCameroon, un site camerounais d’information spécialisé dans le data journalisme, le fact-checking et le journalisme d’investigation. « Je reconnais ces images, car c’est un fait divers qui avait fait grand bruit au Cameroun » en 2022, a déclaré Ndiang. Selon elle, l’une des premières publications sur Facebook relatives à cette nouvelle date du 19 avril 2022.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique