Retour sur Africa Check
Montage / Africa Check

Burkina Faso : attention, cette photo ne montre pas des drones, mais des autogires ou gyrocoptères

EN BREF - Il ne s'agit pas de drones, appareils volants sans pilote à bord, mais de petits avions légers ressemblant à des hélicoptères, transportant des personnes comme le montre l'image : ce sont des autogires ou gyrocoptères. Le Burkina Faso a acheté des appareils de ce type en 2009.

Au Burkina Faso, le gouvernement de transition dirigé par le capitaine Ibrahim Traoré, arrivé au pouvoir par un coup d’État le 30 septembre 2022, a exigé le départ des troupes françaises. Cette décision est intervenue à la suite de plusieurs manifestations sur le sol burkinabè, notamment celle du 20 janvier 2023, demandant le départ de la France.

Avec ces événements, des internautes sur les réseaux sociaux vantent une montée en puissance du gouvernement burkinabè en termes d’acquisition de matériels militaires.

C’est le cas de la page Facebook Salon Panafricain de la Robotique et de l'Intelligence Artificielle qui a publié le 23 janvier 2022 une image montrant deux aéronefs suspendus dans l’air sur lesquels nous pouvons voir le drapeau du Burkina Faso et l’inscription « Sécurité ». La légende de la publication affirme : « DRONE BURKINABÈ “AVION SANS BRUIT” LA ROBOTIQUE EN MARCHE ».

La même image a été reprise plusieurs fois sur la plateforme (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7).

Capture d'écran de la publication

Les renseignements contenus sur la transparence de la page indiquent qu’elle a été créée le 26 juillet 2020. Elle a changé de nom plusieurs fois. Elle a été enregistrée avec un numéro de téléphone burkinabè. Elle est liée à un blog présenté comme une « plateforme pour le développement de la robotique en Afrique », et auquel est associé le même numéro de téléphone burkinabè.

 

Capture 02 Meta check relu CS Burkina-defense-securite-technologie-drone

 

Qu’est-ce qu’un drone ?

Un drone est un aéronef sans pilote à bord doté d'un système semi-intelligent. Il est télécommandé au moyen d’un smartphone, d’une tablette ou d’une radiocommande. « Le déplacement d'un drone peut dépendre des commandes d'un opérateur. Son itinéraire peut avoir été programmé. Le drone peut aussi faire preuve d'une certaine autonomie de déplacement : il suit alors un trajet programmé, mais peut s'adapter aux conditions rencontrées », renseigne Futura, site francophone de vulgarisation scientifique, dans un dossier consacré à cette technologie.

En observant bien l’image publiée le 23 janvier 2023 par la page Facebook Salon Panafricain de la Robotique et de l'Intelligence Artificielle, nous constatons qu’il ne s’agit pas de drone, car nous arrivons à distinguer des personnes se trouvant à bord des appareils volants.

Des « autogires » ou « gyrocoptères »

Une recherche inversée d’images avec l’outil de vérification InVID permet de retrouver la photo que nous vérifions ’dans le forum en ligne nigérian Nairaland.

Elle est précédée de trois autres images montrant le même type d’avion.

Capture 03 Meta check relu CS Burkina-defense-securite-technologie-drone

 

La description explique qu’il s’agit d’un autogire (également orthographié autogyre), appareil volant ressemblant à un hélicoptère. « L’autogire ou gyrocoptère fait partie de la famille des ULM (ultra légers motorisés) », indique sur son site une société privée spécialisée dans les vols avec cet appareil en France, Roanne Gyrocoptère. L’appareil « possède une voilure tournante libre qui garantit la sustentation. La propulsion est assurée par une hélice et par un moteur. (…) Cet aéronef léger se trouve entre l’hélicoptère et l’avion. C’est une machine au profil atypique qui est l’une des plus sûres pour les vols et transports aériens », assure la compagnie française.

Autogires Celier Xenon

D’après les échanges dans le forum Nairaland, les appareils figurant dans la publication de la page Facebook Salon Panafricain de la Robotique et de l'Intelligence Artificielle sont des autogires Celier Xenon au service de l'armée de l'air du Burkina Faso. Ce pays en a acquis quatre, « des séries XT-MFA à MFD », est-il mentionné dans le texte traduit de l’anglais vers le français, sans plus de détails sur la source de ces renseignements, notamment sur la date d’achat de ces appareils

Les quatre photos d’autogires publiées sur le forum Nairaland ont également été partagées le 22 janvier 2023 sur Twitter par un internaute identifié comme David Detten (@DavidDetten), avec les mêmes renseignements que sur Nairaland. Nous y retrouvons celle de la page Facebook que nous vérifions.

 

Capture 04 Meta check relu CS Burkina-defense-securite-technologie-drone

 

Le Burkina Faso a acquis des gyrocoptères en 2009

Une recherche poussée permet de retrouver un article publié le 15 mai 2009 par Lefaso.net, un média burkinabè en ligne. Le texte, titré : « Lutte contre l’insécurité : Deux aéronefs pour traquer les bandits », traite de la cérémonie de réception, le 14 mai 2009, de deux gyrocoptères Celier Xenon 2 par les autorités burkinabè d’alors. Dans l’article du site Lefaso.net, nous pouvons voir une photo du Premier ministre burkinabè de l’époque, Tertius Zongo, devant les micros des journalistes, expliquant notamment que ces appareils ont été achetés pour aider à « lutter contre le grand banditisme » dans le pays.

 

Capture 05 Meta check relu CS Burkina-defense-securite-technologie-drone

 

La même information peut être lue sur le site amateur consacré à l’aéronautique militaire AviationsMilitaires.net : le Burkina Faso possède des autogires Celier Xenon 2 acquis en 2009 et « utilisés pour la surveillance du territoire ».

Rotorspot est une base de données dédiée aux aéronefs mus par des rotors, ou giravions, incluant les gyrocoptères et les hélicoptères. Ce site recense quatre autogires Celier Xenon dans la liste des giravions civils du Burkina Faso au 1er mars 2023. Aucune indication n’est cependant fournie sur la ou les dates de leur acquisition.

Republiez notre contenu gratuitement

Veuillez remplir ce formulaire pour recevoir le code de partage HTML.

Pour les éditeurs : que faire si votre publication est évaluée comme étant fausse

Un vérificateur de faits a évalué votre publication Facebook ou Instagram comme étant « fausse », « manipulée », « partiellement fausse » ou « contexte manquant ». Cela pourrait avoir de graves conséquences. Que devez-vous faire?

Cliquez sur notre guide pour connaître les étapes à suivre.

Guide des éditeurs

Africa Check fait équipe avec Facebook

Africa Check est un partenaire du programme de vérification des faits par des tiers de Meta pour aider à arrêter la diffusion de fausses informations sur les médias sociaux.

Le contenu que nous considérons comme "faux" sera déclassé sur Facebook et Instagram. Cela signifie que moins de gens le verront. Vous pouvez également aider à identifier les fausses informations sur Facebook. Ce guide vous explique comment.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
limite : 600 signes

Voulez-vous continuer à lire nos vérifications des faits ?

Nous ne vous ferons jamais payer pour des informations vérifiées et fiables. Aidez-nous à poursuivre cette voie en soutenant notre travail

S’abonner à la newsletter

Soutenir la vérification indépendante des faits en Afrique